/news/education
Navigation

Un budget à l'encre rouge pour la quasi-totalité des cégeps

Ils doivent absorber des compressions de 45 millions $ en plus d’une coupe de 20 millions $ annoncée l’automne dernier

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Le cégep de Sainte-Foy prévoit adopter un budget déficitaire de 300 000 $ pour l’année 2015-2016, soit un montant deux fois plus élevé que l’an dernier.

Coup d'oeil sur cet article

La quasi-totalité des cégeps de la province prévoit adopter un budget à l’encre rouge pour l’année 2015-2016, a appris Le Journal, même si la loi leur interdit de le faire.

Le président-directeur général de la Fédération des cégeps, Bernard Tremblay, parle d’une situation «inquiétante» et «exceptionnelle». «Tous les efforts ont été faits pour trouver des économies», lance M. Tremblay.

Selon un sondage interne réalisé la semaine dernière par la Fédération des cégeps, 93 % des collèges (42 des 45 qui ont répondu sur un total de 48) ont déjà adopté ou prévoient adopter un budget déficitaire pour l’année 2015-2016.

Les cégeps doivent absorber des compressions de 45 millions $, auxquelles il faut ajouter une coupe de 20 millions $ annoncée l’automne dernier.

Des surplus pour combler

Parmi ceux qui adopteront un budget à l’encre rouge, certains auront toutefois recours à leur surplus pour combler le manque à gagner, si bien que ces collèges ne seront pas tous en déficit à la fin de l’exercice financier, au 30 juin 2016, précise M. Tremblay.

Selon les règles présentement en vigueur, les cégeps qui seront bel et bien dans le rouge devront se soumettre à un plan de redressement, approuvé par Québec.

La Fédération des cégeps réclame toutefois davantage de souplesse, afin que les cégeps qui seront pour la première fois en déficit puissent éviter de se plier à cette obligation administrative.

Pas des «boîtes à cours»

Ce sera notamment le cas du cégep d’Abitibi-Témiscamingue, qui a adopté un budget déficitaire pour la première fois en quinze ans et qui n’aura pas assez de surplus pour combler le manque à gagner.

«Cette année, on a fait le choix de continuer à livrer des services que l’on juge essentiels», affirme son directeur général, Sylvain Blais, qui rappelle que les cégeps sont bien plus que des «boîtes à cours».

Ce dernier a refusé de couper le travailleur de corridor et le travailleur social de son collège.

«On est un petit village, il faut soutenir nos jeunes parce que ce n’est pas auprès des services sociaux qu’ils sont capables d’avoir ces services-là», affirme-t-il.

Mais d’autres cégeps ont bel et bien réduit leurs services aux étudiants. À la Fédération du personnel professionnel des collèges, on estime que les compressions touchent environ 10 % des membres. «Si la tendance se maintient, une centaine de postes seront abolis», indique sa présidente, Carol Lavack.


30 employés de moins au cégep de Sainte-Foy

Les compressions imposées par Québec forcent le cégep de Sainte-Foy à se priver de 30 employés dès la rentrée.

Ce nombre comprend des abolitions de postes, mais aussi des départs à la retraite non remplacés et des contrats non renouvelés, indique la directrice générale, Carole Lavoie.

«Une trentaine de personnes, c’est beaucoup. On est dans une situation extrêmement difficile, c’est du jamais-vu», affirme-t-elle.

Trois postes de cadre ont été supprimés de même qu’un poste de réceptionniste. Il y aura aussi une technicienne en éducation spécialisée de moins l’automne prochain. Pour le reste, Mme Lavoie préfère ne pas entrer dans les détails puisque la réorganisation n’est pas encore complétée.

Elle estime qu’au total, environ 150 employés seront affectés par ces départs, puisque leurs tâches devront être modifiées.

«On ne peut pas dire qu’il n’y a pas de diminution de services aux étudiants. Ce serait jouer à l’autruche complètement», lance la directrice générale.

Heures réduites

Les heures d’ouverture de la bibliothèque et du centre sportif seront réduites et les frais chargés aux étudiants ont été augmentés d’environ 30 $. La formation continue est aussi touchée, notamment les services offerts en francisation pour les nouveaux arrivants.

Les compressions imposées par Québec privent le cégep de Sainte-Foy de 1,9 million $ pour l’année 2015-2016, incluant les coupes de l’automne dernier.

Tout comme la quasi-totalité des collèges, le cégep de Sainte-Foy et les autres collèges de Québec inscriront aussi leur budget à l’encre rouge en 2015-2016.

Le cégep Garneau prévoit un déficit de près de 800 000 $. Aucune coupe de postes n’est prévue, mais des départs seront non comblés et certains tarifs sont en hausse.

Au cégep Limoilou, le déficit prévu est de près de 400 000 $ et l’administration a dû procéder à l’abolition de 11 postes.


CÉGEPS QUI ONT ADOPTÉ UN BUDGET ÉQUILIBRÉ*

  • Cégep John Abbott
  • Cégep de Thetford Mines
  • Cégep Gérald-Godin


*Selon les informations disponibles en fin de journée hier. La liste n’est pas nécessairement exhaustive.


LES COMPRESSIONS EN BREF

  • 45 millions $ pour l’année 2015-2016
  • 93 % des cégeps prévoient adopter un budget déficitaire