/misc
Navigation

L’éléphant blanc du bon Dr Julien

L’éléphant blanc du bon Dr Julien
© Photo AgenceQMI

Coup d'oeil sur cet article

Voilà que déferle une nouvelle offensive tous azimuts contre les CPE: des coupes dans leur budget de fonctionnement par le gouvernement, rapport de recherche comptable qui affirme, sans égard à leur impact positif, qu’ils coûteraient la peau des fesses, et, le dernier en liste, le Dr Julien qui dit qu’ils sont des «éléphants blancs». Quand tu veux gaver ton chien, tu dis que les autres ont la rage.

Se targuant et se réjouissant d’avoir été le seul à échapper aux coupes du gouvernement, Gilles Julien, pédiatre, affirmait ce matin: «On a démobilisé les familles. On leur a dit: “Vos enfants, l’État va s’en occuper.” Mais ça n’a pas de bon sens que le gouvernement s’occupe de nos bébés dans les garderies!» 

Alors qu’est-ce qui a du bon sens? Revenir à ce qui existait avant 1997? Revenir à la garde au noir offerte par n’importe qui de bonne ou de mauvaise volonté? Confier nos enfants à des gardiennes ou gardiens non formés, sans contrôle de la qualité des services offerts? Revenir à des garderies dont, pour une bonne partie, la seule vocation était de s’occuper des enfants sans aucun programme et sans suivi de leur développement, sans la présence des parents sur les conseils d’administration pour s’assurer de la qualité des services? Revenir à des garderies trop onéreuses pour les parents qui, pourtant, avaient besoin de se retrouver sur le marché du travail pour éviter que leurs enfants se retrouvent dans la pauvreté? Ou alors, confier nos jeunes enfants à des entreprises commerciales où, selon une étude du ministère de la Famille, il y a un roulement annuel du personnel de plus de 50% alors que l’on sait fort bien que la continuité dans la relation entre éducatrices et enfants est fondamentale chez les tout-petits. Ou alors, retourner simplement les femmes à la maison et leur rouvrir toutes grandes les portes de l’aide sociale?

L’État offre aux parents la possibilité d’utiliser des services de garde ÉDUCATIFS pour leurs tout-petits. Et les parents qui y inscriraient leurs enfants seraient démobilisés? Cela leur permet au contraire d’assumer pleinement leurs responsabilités économiques en s’appuyant sur un service de garde de qualité. Cela permet aux parents, en particulier aux mamans, de travailler et d’améliorer le sort économique de leur famille pendant que leurs enfants sont accompagnés quotidiennement dans leur développement par des équipes d’éducatrices compétentes. Et cela s’est traduit par une réduction, entre 2000 et 2010, de 67% de la pauvreté chez les familles avec enfants de 0-6 ans. Cela a aussi permis de réduire de 30% qu’il était en 1991, à 12% maintenant, le taux d’inscription des mères monoparentales à l’aide sociale. La pauvreté représente un risque majeur pour la santé et le développement chez les tout-petits. Gilles Julien le sait. Et il sait aussi que moins il y a de tout-petits dont les parents sont aux prises avec la pauvreté, moins il va avoir besoin, lui et ses équipes, de les voir et d’en prendre soin dans ses cliniques. Et il sait aussi que la diminution de la pauvreté vient alléger la tâche des intervenants dans les CLSC ou dans les écoles et que cela permet d’économiser beaucoup de fric à l’État et donc aux contribuables. Il sait aussi fort bien que dans les CPE (je parle ici des installations sans but lucratif) les services de garde sont assurés par des professionnels qui offrent des environnements éducatifs sécuritaires, bienveillants et stimulants aux jeunes enfants. Quant à la question de nourrir les enfants dans les CPE, est-ce qu’il faudrait adopter un système qui offrirait le repas aux seuls enfants défavorisés du CPE, ce que le Dr Julien aurait raison alors de dénoncer comme une pratique indigne qui stigmatise ces enfants et ces parents aux yeux des autres? Est-ce qu’il faudrait revenir à une situation où certains enfants mangent à leur faim et d’autres non?

Les CPE sont un formidable outil préventif, prévention dont se réclame à grands cris Gilles Julien, pour des milliers d’enfants de familles défavorisées. Nous savons, preuves scientifiques québécoises à l’appui, que les CPE réduisent de 2,5 à 3 fois le risque de présenter une vulnérabilité dans leur développement chez les enfants de familles défavorisées lorsqu’ils arrivent à l’école. Les CPE font un excellent boulot. Oui, c’est vrai comme l’affirme Gilles julien, les enfants de familles défavorisées ne s’y retrouvent pas en assez grand nombre. Il y a encore beaucoup à faire pour corriger cette situation notamment en éliminant les obstacles qui les empêchent de les fréquenter. Mais ce n’est pas en affirmant, comme il le fait, que les CPE sont un «éléphant blanc» qui démobilise les parents que l’on va y arriver. Ce faisant, Gilles Julien reprend dangereusement, et peut-être inconsciemment, le discours de l’Institut économique de Montréal à son compte. Il fait le jeu du gouvernement qui coupe dans les CPE pendant que lui est épargné et qu’il reçoit des subventions par millions pour le plus grand bien des enfants, on l’espère. Il devrait plutôt reconnaître que les CPE sont, même pour lui, de formidables alliés du développement et de la santé des tout-petits et les défendre.