/news/society
Navigation

Une chapelle mobile pour les camionneurs

Une chapelle mobile pour les camionneurs
Photo Le Journal de Québec, Elisa Cloutier

Coup d'oeil sur cet article

«Stressés» et «traumatisés» après avoir été impliqués dans des accidents de la route, près d’une centaine de camionneurs s’arrêtent chaque mois à la Chapelle Mobile de Saint-Liboire pour «se vider le cœur».

Aménagée dans un vieux camion-remorque, la Chapelle Mobile est stationnée au relais routier du rang Saint-Édouard en bordure de l’autoroute 20, depuis 2007.

Selon l’aumônier Claude Mathieu, les camionneurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers Dieu et ils en ont gros sur le cœur lorsqu’ils franchissent la porte de sa roulotte. «Les accidents volontaires [de la part des automobilistes] ça arrive, mais les gars n’en parlent pas. Ils gardent ça pour eux et se croient responsables», indique celui qui admet parfois référer quelques cas vers un psychologue. «J’ai déjà reçu des gars qui avaient des idées noires. Je les revois aujourd’hui et ils me disent que je leur ai sauvé la vie», ajoute-t-il.

Pression

M. Mathieu estime que les compagnies routières mettent énormément de pression sur les camionneurs, qui doivent souvent faire de longues heures de route pour parvenir à leurs fins. «Il y a des compagnies qui les poussent pas mal. Ils font des 14 heures par jours. Les «dispatcheurs» les stress beaucoup aussi», indique l’aumônier de 75 ans, qui a aussi connu le métier de camionneur.

Toutes religions confondues

«Ici, c’est une chapelle interconfessionnelle, on n’appartient à personne. N’importe qui peut venir ici», affirme M. Mathieu, qui travaille pour la l’organisation chrétienne Transport For Christ, comptant 5 chapelles mobiles au Canada et près d’une trentaine aux États-Unis.

Une chapelle mobile pour les camionneurs
Photo Le Journal de Québec, Elisa Cloutier

Celui que plusieurs appellent le «psychologue de la route» mentionne que ses rencontres ne tournent pas uniquement autour des accidents et du stress. «Un me parle de la mort de sa femme et de ses deux enfants, un autre qu’il est devenu diabétique et ça complique son travail, l’autre vit des problèmes de couple, j’ai aussi des hommes célibataires trop stressés par le travail», énumère-t-il.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.