/24m/city
Navigation

Montréal assure que la mafia ne pourra construire

Montréal assure que la mafia ne pourra construire
Photo 24 Heures, Améli Pineda

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal assure que des promoteurs liés à la mafia montréalaise ne pourront pas construire sur un terrain qui doit demeurer un espace vert à Pierrefonds, dans l’Ouest-de-l’Île.

Bien que la zone visée ait été classée comme inondable, un promoteur a l’intention de profiter du zonage qui autorise du résidentiel pour y effectuer de nouvelles constructions rapportait lundi le journal The Gazette.

Vendredi, le maire Denis Coderre annonçait la tenue d’une consultation publique en vue d’un projet de développement qui comportera 5500 habitations dans l’ouest de Pierrefonds.

The Gazette a révélé qu’un important terrain, anciennement situé dans l’espace que la Ville prévoyait conserver, est actuellement zoné résidentiel.

Le responsable de l’urbanisme, Russell Copeman, assure qu’aucune construction ne sera autorisée à cet endroit. Il a confié que jusqu’en 2011, la Ville avait tenté de négocier avec le promoteur pour acheter le terrain et l’inclure dans le lot d’espaces à protéger.

Selon The Gazette, ce terrain appartient à Placement Manchester Brighton Ltée, une entreprise ayant des liens avec la mafia italienne montréalaise.

Trop cher

M. Copeman a indiqué que jusqu’en 2009, la Ville avait tenté de négocier avec le promoteur pour obtenir ce terrain et le préserver.

«Les discussions ont été rompues parce que le prix demandé pour le terrain était déraisonnable», a-t-il souligné.

Bien qu’il confirme qu’actuellement cette partie de la zone à conserver permet la construction de résidences, M. Copeman dit que la Ville dispose d’outils pour freiner toute construction.

«L’administration ne va plus négocier avec des gens qui ont des liens avec la mafia», a-t-il tranché.

L’Opposition officielle estime que la Ville devrait plutôt suspendre le projet le temps de faire le point sur la situation des terrains et de leurs propriétaires.

Il accuse la Ville «d’amateurisme» et dénonce les irrégularités derrière ce projet qui est dans les cartons depuis plus d’une dizaine d’années.

«La plus grande erreur de la Ville, c’est d’avoir conservé le zonage résidentiel sur toutes ses cartes. Elle vient de donner tous les arguments légaux pour se faire poursuivre», a déploré Luc Ferrandez, chef de Projet Montréal.

Selon lui, le projet «est mauvais dans son ensemble» puisqu’on «s’apprête à détruire la plus grande zone agricole de Montréal».

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.