/entertainment/tv
Navigation

Les confidences de la soeur d'Isabelle Richer lors de son passage à Pénélope McQuade

Les confidences de la soeur d'Isabelle Richer lors de son passage à Pénélope McQuade
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un peu plus d’une semaine après avoir été victime d’un grave accident de vélo, la journaliste Isabelle Richer semble faire des progrès. Sa sœur, la médecin Geneviève Richer, a accordé une entrevue poignante à Pénélope McQuade et Jean-Luc Mongrain, ce dimanche.

• À LIRE AUSSI : Isabelle Richer fait encore des progrès

Voici les meilleurs moments de son passage à l’émission diffusée sur les ondes de Radio-Canada:

«On présume qu’elle a freiné et qu’elle a frappé son coude sur le véhicule avant de culbuter. Elle est tombée directement sur son casque», raconte la sœur d’Isabelle Richer.

«Ses vertèbres cervicales se sont télescopées les unes dans les autres», explique-t-elle.

«J’étais au travail ce jour-là. C’est mon père qui m’a téléphoné. Mon père m’a parlé juste d’une fracture du bras. Par déni probablement», raconte la Dre Richer.

«J’avais tous les pires scénarios qui me passaient en tête et je me disais que j’allais peut-être devoir annoncer à mes parents que ma sœur, leur fille, serait une donneuse d’organes», renchérit-elle.

«Au chevet de ma sœur, je suis sa sœur, je ne suis pas son médecin.»

«Quand papa est arrivé à son chevet, il nous a dit qu’ils avaient un code et c’est à ce moment-là qu’elle a réagi à sa voix», raconte la sœur de la journaliste.

«Elle ne se souvient pas du tout d’avoir eu un accident.»

«Elle voulait toucher ma robe», explique Geneviève Richer alors qu’elle annonçait à sa sœur qu’elle allait faire une entrevue avec Pénélope McQuade. «À ce moment-là, je me suis dit que tout irait bien, il y a des bases comme ça, entre filles, qu’elle n’a pas perdues», dit-elle en souriant.

La courte entrevue laisse entrevoir une lueur d’espoir concernant le rétablissement de la journaliste Isabelle Richer.