/sports/hockey/canadien
Navigation

Andrighetto dans la course

L’ailier droit compte mettre son expérience à contribution

Sven Andrighetto
Photo AGENCE QMI, JOEL LEMAY Sven Andrighetto lors du camp de perfectionnement du Club de hockey Canadien (LNH) au Complexe sportif Bell, à Brossard près de Montréal en ce dimanche 5 juillet 2015.

Coup d'oeil sur cet article

Le rachat du contrat de Pierre-Alexandre Parenteau et la tranquillité de Marc Bergevin sur le marché des joueurs autonomes laissent entrevoir aux jeunes espoirs du Canadien que des postes à l’attaque sont disponibles avec le grand club.

• À LIRE AUSSI : Hudon pourrait brouiller les cartes

Nikita Scherbak est le premier nom qui vient à l’esprit lorsque vient le temps d’identifier le jeune homme qui colmatera la brèche. Cependant, il ne faudrait pas éliminer Sven Andrighetto trop rapidement de la course.

Si le talent de Scherbak ne fait aucun doute, Andrighetto possède deux atouts dans sa manche. Il a déjà deux saisons d’expérience chez les professionnels et il a disputé 12 matchs, l’hiver dernier, avec le Canadien.

«Être dans l’entourage du Canadien et avoir l’occasion de jouer quelques parties m’ont permis de me faire une meilleure idée du calibre de la LNH. Les joueurs sont plus rapides et plus gros. Ce n’est pas pour rien qu’on dit que cette ligue est la meilleure au monde, a fait valoir le Suisse.

Un défi excitant

L’ailier droit est bien au fait que le Tricolore a un poste à combler sur le flanc droit. Il compte bien saisir cette chance d’amorcer la saison à Montréal.

«C’est un défi excitant. Je franchis les étapes, une à la fois. Ça fait deux ans maintenant que je joue à Hamilton et j’ai joué quelques matchs dans la LNH. C’est une expérience qui m’apporte une bonne dose de confiance. Cette expérience pourra très certainement me servir», a-t-il déclaré.

Certains prétendent que la progression du Suisse n’a pas suivi la courbe envisagée. Du point de vue statistique, Andrighetto a compilé sensiblement le même nombre de points que la saison précédente (43 en 60 matchs en 2014-2015 contre 44 en 64 rencontres en 2013-2014).

Moins de frustration

Reconnaissant qu’il n’a peut-être pas noirci la feuille de pointage aussi régulièrement que souhaité, Andrighetto soutient qu’il est tout de même un joueur amélioré.

«Mon jeu défensif a toujours été ma faiblesse. Même s’il y a encore place à amélioration, j’y ai travaillé beaucoup, a indiqué le Suisse. On m’a fait jouer au centre avec l’objectif que je prenne conscience des responsabilités défensives que cette position implique.

Andrighetto soutient avoir également fait des progrès au niveau de la constance et de l’attitude.

«Je ne me décourage plus aussi facilement. Autrefois, si je manquais un filet ouvert, je levais la tête au ciel ou je la baissais en signe de frustration. Je ne fais plus ça maintenant. J’essaie maintenant de toujours demeurer positif.»