/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le top 10 des grands pollueurs au Québec

rio tinto
Photo Agence QMI / Archives

Coup d'oeil sur cet article

Ceux et celles qui me lisent le savent, je ne suis pas le plus grand défenseur du SPEDE et de la bourse au carbone. Cependant, je dois bien admettre qu’un des avantages de ce type de politique est de rendre publiques les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les plus importants pollueurs du Québec.

À partir de ces données, on peut se faire un palmarès et voir l’impact de certaines industries sur notre budget carbone.  

Top 10 des plus grands pollueurs au Québec en 2013

 

 

tm CO2 éq*

1

RIO TINTO ALCAN INC et RIO TINTO FER ET TITANE INC

4 510 294

2

ARCELORMITTAL MINES CANADA INC.

1 851 181

3

ÉNERGIE VALERO INC.

1 275 342

4

ALCOA LTÉE et filiales

1 199 244

5

PRODUITS SUNCOR
ÉNERGIE S.E.N.C.

1 170 750

6

ALUMINERIE ALOUETTE INC.

1 090 710

7

HOLCIM (CANADA) INC.

772 305

8

GRAYMONT (QC) INC.

761 363

9

LAFARGE CANADA INC.

521 529

10

CIMENT QUÉBEC INC

495 705

 

Total

13 648 423

 

* tonnes métriques d'équivalent CO2Source : MDDELC : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/changements/carbone/ventes-encheres/liste-etablissements-visesRSPEDE.pdf

 

On le remarquera sans surprise, les entreprises les plus polluantes opérant au Québec sont les alumineries, les mines, les cimenteries et les raffineries. En se basant sur les données de 2012 (p. 11), on peut calculer que ces 10 entreprises représentent près de 55,5 % des émissions de l’ensemble du secteur industriel au Québec et 21,3 % des émanations totales du territoire. À elles seules, ces 10 entreprises polluent près de 2 fois plus que l’ensemble du secteur résidentiel, commercial et institutionnel. Le grand champion, Rio Tinto et ses filiales, émet plus de GES que l’ensemble des activités de gestion des déchets pour l’ensemble de la province, ce qui n’est pas peu dire.

Notons que les données utilisées pour créer le palmarès sont celles de 2013 et qu’elles sont en cours de vérification. Elles ne sont donc pas parfaitement exactes, mais suffisamment fiables pour nous donner un ordre de grandeur. De plus, il est important de considérer que pour ce classement, les corporations productrices ou distributrices de carburant dont les émanations dépassent 25 000 tonnes métriques d’équivalents de Co2 ne sont pas prises en compte (par exemple Gaz Métro ou Pétro Canada). Leur participation commence cette année, nous aurons donc les informations nécessaires à l’établissement d’un nouveau classement dans les prochaines années. Cependant, il est probable que ce classement reste généralement stable et que les industries les plus polluantes ne seront pas invitées réellement à transformer leurs habitudes.

Il est malheureux de constater le discours contradictoire du gouvernement qui, d’une part, affirme souhaiter être un leader en environnement et d’autre part, subventionne des projets ultra polluants comme la cimenterie Port-Daniel (qui pourrait bien se trouver dans ce top 10 d’ici peu), ou l’extraction du pétrole de schiste sur Anticosti. 

Plutôt que d’agir à travers ses politiques industrielles ou par la législation, le gouvernement semble souhaiter que le problème se règle de lui-même grâce à une bourse au carbone où les plus grands pollueurs n’auront qu’à payer pour polluer plus. Malheureusement, ce système comporte de nombreuses défaillances, notamment le fait d’offrir gratuitement aux grands pollueurs les permis de pollution tout en empêchant des mesures proactives contre la pollution. Sans compter qu’au final, ce sont généralement les consommateurs et les consommatrices qui reçoivent la facture. Or, dans les faits cette démarche est peu utile et ne sert pas l’environnement. En fait, le grand gagnant est surtout le monde financier qui crée une nouvelle bulle financière avec le marché carbone sans régler le problème.