/news/consumer
Navigation

Une crise de l’endettement à craindre

Une crise de l’endettement à craindre
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La multiplication du financement à long terme des automobiles sur 72 mois et plus pourrait causer une véritable crise de l’endettement, s’inquiète l’Automobile Consumer Coalition (ACC) dans un rapport publié récemment.

«Avant l’automobile, c’était quelque chose que l’on possédait. On l’ajoutait à nos actifs, mais maintenant elle devient une dette financée», souligne George Iny de l’Association pour la protection des automobilistes qui a participé à l’élaboration de ce rapport. La valeur totale des prêts a doublé depuis les huit dernières années.

Trop luxueux

L’ACC craint que l’augmentation continuelle de ses longs prêts finisse par créer un «choc» dans le marché, alors que le prêt à rembourser sera plus élevé que la valeur de la voiture.

«Les gens veulent souvent changer d’auto après 4 ou 5 ans. Ils se retrouvent donc avec la dette du véhicule qu’ils n’ont pas fini de payer et la dette de leur nouvelle voiture. On crée donc un cycle d’endettement inquiétant», explique Anne-Sophie Hamel, porte-parole de CAA-Québec.

Les acheteurs ont aussi tendance à se tourner vers des véhicules plus luxueux qui semblent moins dispendieux puisque les paiements sont échelonnés sur plusieurs années.

«C’est souvent la seule façon pour eux de pouvoir acquérir le véhicule», constate Alain Carrier, de l’Office de protection du consommateur.

Mais ils ne prennent pas en considération les coûts d’entretien, du remplacement des pièces ou même de l’essence.

Rigueur chez les concessionnaires

Le tiers des répondants consultés dans le rapport de l’ACC n’avait d’ailleurs pas mis d’argent de côté en prévision de réparations imprévues. Ils s’endetteront donc encore plus si jamais elles surviennent.

«Les gens ne profitent pas des bas taux d’intérêt pour avoir le véhicule dont ils ont besoin à meilleur prix et mettre le reste dans leurs économies. Ils préfèrent en prendre un plus gros et plus équipé parce que le coût des paiements est pareil, mais le total n’est pas du tout le même», mentionne M. Iny.

Les experts recommandent donc de ne pas prendre un prêt plus long que cinq ans pour financer l’achat d’un véhicule et éviter les possibilités d’endettement.

De son côté, la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec estime que le système de financement des voitures est assez solide pour éviter une crise. «Les règles d’acceptation au crédit sont très rigoureuses. De plus, les concessionnaires favorisent de plus en plus les locations de courte durée plutôt que l’achat avec un financement à long terme», assure Me Jacques Béchard de la corporation.