/news/education
Navigation

Un programme de hockey-école créé par Joé Juneau dans une école de Portneuf

L’idée trottait dans la tête de l’ancien joueur de hockey depuis déjà quelques années.
Photo d'archives L’idée trottait dans la tête de l’ancien joueur de hockey depuis déjà quelques années.

Coup d'oeil sur cet article

Près de 10 ans après avoir créé un programme de hockey-études dans le Nord québécois, Joé Juneau importe le même modèle dans une école de Portneuf. Ce projet-pilote pourrait s’étendre ailleurs dans la province, indique le ministre de l’Éducation, François Blais.

L’idée trottait dans la tête de l’ancien joueur de hockey depuis déjà quelques années. Il s’est lancé dans l’aventure en avril. «Je voulais apporter ici ce qui a fonctionné au Nunavik», a-t-il lancé jeudi lors de l’annonce du projet, à l’école primaire du Perce-Neige à Pont-Rouge.

Joé Juneau, accompagnés des élèves du programme de hockey-école de l'école primaire du Perce-Neige, à Pont Rouge. Aussi sur la photo: Pierre Lavoie, qui a aussi contribué à la création du programme.
Photo Journal de Québec, Daphnée Dion-Viens
Joé Juneau, accompagnés des élèves du programme de hockey-école de l'école primaire du Perce-Neige, à Pont Rouge. Aussi sur la photo: Pierre Lavoie, qui a aussi contribué à la création du programme.

Grâce à l’aide de la municipalité et du ministère de l’Éducation, qui a investi 70 000 $ dans ce «projet-pilote», le programme a été créé en juin. Une cinquantaine d’élèves de deuxième et troisième année y participent. Ils pourront s’entraîner au hockey trois fois par semaine pendant les heures de classe.

Les élèves ont levé la main pour participer. Certains ont des problèmes de comportement ou des difficultés scolaires. Joé Juneau fait le pari que leur participation à ce programme les motivera à l’école.

Le programme est gratuit et l’équipement est même fourni aux élèves provenant de familles défavorisées. «Mon but premier, c’est aller chercher les jeunes. Contrairement à des programmes de sport-études qui s’adresse à une élite qui a les moyens de payer, nous on s’adresse à la masse», affirme Joé Juneau.

Projet-pilote

Le minitre Blais n’avait que de bons mots jeudi pour ce programme dont l’impact a été «plus que positif» dans le Nord québécois. «Nous allons tester le modèle Joé Juneau qui pourrait s’étendre à d’autres écoles et à d’autres sports», a-t-il déclaré.

Ce «projet-pilote» sera suivi de près puisqu’il s’inscrit dans les orientations que le gouvernement veut donner en matière de sport à l’école, a ajouté M. Blais. La collaboration de la municipalité, qui a contribué au succès de ce projet, est très importante, a souligné le ministre. «C’est une vision assez importante pour nous, que l’école revienne à la communauté.»