/24m/city
Navigation

Transformation de l’ancien terminus d’autobus à Berri-UQAM: Ils misent sur un marché public

Olivia Collette et Éric Soucy du Comité d’action citoyenne du Marché Voyageur.
Photo Agence QMI, Camille Gaïor Olivia Collette et Éric Soucy du Comité d’action citoyenne du Marché Voyageur.

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe de citoyens tentera de convaincre mercredi soir l’arrondissement Ville-Marie de transformer l’ancien terminus d’autobus en grand marché public.

C’est devant le conseiller du district de Saint-Jacques, Richard Bergeron et le maire d’arrondissement, Denis Coderre, que le Groupe d’Action Citoyenne Marché Voyageur présentera le fruit de cinq mois de travail : un mémoire d’une cinquantaine de pages pour l’aménagement d’un marché public dans l’ancien terminus d’autobus, au coin de la rue Berri et du boulevard de Maisonneuve.

«C’est la porte d’entrée de Montréal et c’est une infrastructure urbaine et design complètement délaissée», se désole Éric Soucy, initiateur et chef de projet pour le Groupe.

Depuis le déménagement il y a 4 ans, de la Gare d’autocars dans la partie nord de l'Îlot Voyageur, les locaux de l’ancien terminus sont vides. En 2013, le gouvernement Marois souhaitait y investir près de 250 millions $ pour la construction d’un édifice abritant Revenu Québec. Depuis, aucun développement n’a été avancé par le gouvernement actuel.

«Le Marché Voyageur répond à un vrai besoin alimentaire en plus d’être accessible, puisqu’il est directement relié au réseau du métro», précise M. Soucy.

Multifonctionnel

Dans le projet, l’espace de 23 355 pieds carrés abriterait des kiosques de produits locaux, un espace ateliers, une serre photovoltaïque, deux jardins aériens et une place publique.

L’espace de 23 355 pieds carrés abritera des kiosques de produits locaux, une serre photovoltaïque, deux jardins aériens et une place publique
Photo Courtoisie
L’espace de 23 355 pieds carrés abritera des kiosques de produits locaux, une serre photovoltaïque, deux jardins aériens et une place publique

«Dans notre plan, on souhaite vraiment partir du bâtiment existant en ajoutant quelques extensions», explique Olivia Collette, responsable des communications pour le Comité. Un argument qui permettrait selon eux de réaliser le projet dans un délai et avec un budget raisonnables, soit à temps pour le 375e anniversaire de Montréal.

«Le plan d’affaires n’est pas encore prêt, mais on estime le projet à 25 millions $, qu’on espère pouvoir financer grâce à un partenariat public privé à temps», ajoute-t-elle.

Déterminé

Un an après avoir lancé son idée à «Je vois Mtl», Éric Soucy souhaite de nouveau attirer l’attention. «L’an dernier, je n’étais pas prêt, reconnait-il. C’est tout de même un projet d’envergure et pour toute sorte de raison, je n’ai pas été retenu.»

Loin de se décourager par ce refus, il crée alors le Groupe d’Action Citoyenne Marché Voyageur et s’entoure d’architectes, de designers et d’ingénieurs bénévoles pour conceptualiser son projet.

«On souhaite que la Ville reconnaisse la viabilité de notre projet afin d’avoir leur soutien et enfin mettre sur pied le marché», ajoute M. Soucy. Information: www.marchevoyageur.com

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.