/entertainment/comedy
Navigation

Faible vente des billets de RBO: l'explication de Guy A. Lepage

Yves P. Pelletier et Guy A. Lepage
JOEL LEMAY/AGENCE QMI Yves P. Pelletier et Guy A. Lepage

Coup d'oeil sur cet article

Seuls «les shows heavy métal» et «le hockey des Remparts à 20 piastres le billet» se vendent bien à Québec, plaide Guy A. Lepage pour expliquer la faible vente des billets du spectacle Rock et Belles Oreilles – The Tounes, qui s’arrêtera au Centre Vidéotron le 19 septembre.

À lire aussi: Lepage se défend d'avoir insulté les gens de Québec

C’est ce que le populaire animateur et membre de Rock et Belles Oreilles a répondu mardi sur les ondes de Radio-Canada à l’animateur de l’émission Entrée Principale, André Robitaille, quand il a été questionné sur sa satisfaction quant à la réponse du public.

«À Montréal, oui. À Québec, c’est ben différent. C’est difficile vendre des billets à Québec, Madonna et moi on s’est parlé au téléphone hier», affirme d’abord Guy A. Lepage à la blague.

«C’est dur, pour vrai?», le questionne alors l’animateur. «Oui, c’est les shows heavy métal pis le hockey des Remparts à 20 piastres le billet qui vend bien. Pour le reste, c’est très très très difficile», répond le membre de RBO sur un ton sarcastique, au même moment où on entend quelques rires surgir en bruit de fond.

«Mais on fait la version théâtre [NDLR: configuration de la salle], alors c’est dans une atmosphère contrôlée. Nous autres, on va avoir une belle salle là», a tenu ensuite à préciser l’animateur de Tout le monde en parle, qui ajoute que le Centre Vidéotron a «de la difficulté à vendre des billets pour (sic) en général».

Plusieurs billets toujours disponibles

Alors qu’on apprenait mercredi que la vente de billets a quintuplé pour certains spectacles dans la foulée des visites du nouvel amphithéâtre, il semble que celui de RBO du samedi 19 septembre n’ait pas été emporté par cette vague d’engouement.

Lorsqu’on consulte le plan de la salle sur la billetterie en ligne Ticketmaster, on constate que de nombreux sièges sont toujours vacants, à neuf jours du spectacle d’humour à grand déploiement, qui a fait fureur au Centre Bell cet été.