/opinion/columnists
Navigation

Il faut écouter Fatima!

Coup d'oeil sur cet article

Fatima Houda-Pépin n’y est pas allée par quatre chemins lundi pour dire ce qu’elle pense du projet de loi 59 sur les discours haineux et l’incitation à la violence. Une loi qui, dans sa forme actuelle, protégerait mieux les islamistes des Québécois que les Québécois des islamistes.

Fatima Houda-Pépin n’y est pas allée par quatre chemins lundi pour dire ce qu’elle pense du projet de loi 59 sur les discours haineux et l’incitation à la violence. Une loi qui, dans sa forme actuelle, protégerait mieux les islamistes des Québécois que les Québécois des islamistes.

En commission parlementaire, elle a dit être «estomaquée» par ce «dangereux» projet de loi.

Elle a raison sur toute la ligne.

Contre la liberté d’expression

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, responsable du PL59, refuse de voir ce qui aveugle les amoureux de la liberté d’expression: ce projet de loi est liberticide. Il imposerait aux journalistes, chroniqueurs, éditorialistes et à quiconque s’exprime en public, la tâche d’évaluer leurs propos au sujet de groupes jugés stigmatisés en fonction de nouvelles normes établies au fil du temps par les décisions du Tribunal des droits de la personne. Cet organisme extrajudiciaire redevable à personne serait responsable d’appliquer la loi.

Alors que tout cela est déjà couvert par le Code criminel du Canada et bonifié par la Cour suprême!

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, responsable du PL59, refuse de voir ce qui aveugle les amoureux de la liberté d’expression: ce projet de loi est liberticide

Madame Houda-Pépin a rappelé, non sans ironie, que de tous les intervenants entendus à ce jour en commission parlementaire, seul l’imam intégriste Salman Elmenyawi, celui qui souhaite qu’on ne puisse se moquer des religions, aime le projet de loi et voudrait qu’il aille plus loin.

Djihad juridique

Les intégristes friands du djihad juridique – ça existe — se frottent les mains.

Salman Elmenyawi, encore lui, poursuit pour diffamation le journaliste montréalais Fabrice de Pierrebourg, un expert reconnu de l’islamisme, pour 150 000 $. Son «crime»? Avoir relayé dans son journal des informations tirées de Wikileaks: la mosquée Assuna de l’imam Elmenyawi aurait été autrefois un centre de recrutement pour Al Qaïda, selon le Pentagone et le FBI.

Rapporter des faits vérifiés, mais qui discréditent l’islam constitue un geste d’islamophobie selon ces exaltés, même si la personne citée est une des leurs.

Cela me rappelle la poursuite contre le journaliste canadien Mark Steyn et le magazine Maclean’s devant trois Commissions des droits de la personne, celle du Canada, de l’Ontario et de la Colombie britannique. Un imam intégriste de Toronto l’avait accusé d’avoir tenu des propos «islamophobes», encore ce mot insensé.

Maclean’s avait publié en 2006 un extrait de son best-seller America Alone, une thèse démographique sur le remplacement des populations européennes par des musulmans. Mark Steyn n’est jamais tendre envers l’islam, mais les propos jugés islamophobes («les musulmans se reproduisent comme des moustiques») n’étaient pas les siens, il ne faisait que citer un mollah norvégien notoire.

Les trois commissions ont fini par laisser tomber.

Et voilà que le Québec souhaite rendre ces poursuites bâillon encore plus faciles.

Le président de la Commission des droits, Me Jacques Frémont, a déjà évoqué l’existence d’intégristes de la liberté d’expression, a rappelé Madame Houda-Pépin lundi. Hors de tout doute, de dangereux personnages dont il faut se méfier. Mais voilà, les Québécois, eux, se méfient des islamistes.

Je persiste à croire que cette femme remarquable est la seule à qui le public accorde sa confiance en matière de lutte à l’intégrisme religieux.

Quand va-t-on l’écouter?

 

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.