/sports
Navigation

Nicholas Berrouard triomphe au Marathon de Montréal

Les coureurs du 25e Marathon de Montréal ont pris le départ à 8 h 30, le dimanche 20 septembre 2015, sur le pont Jacques-Cartier. Arrivée, au parc La Fontaine, du gagnant Nicholas Berrouard.
MARTIN ALARIE/AGENCE QMI
MARTIN ALARIE/AGENCE QMI Les coureurs du 25e Marathon de Montréal ont pris le départ à 8 h 30, le dimanche 20 septembre 2015, sur le pont Jacques-Cartier. Arrivée, au parc La Fontaine, du gagnant Nicholas Berrouard. MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Québécois Nicholas Berrouard a été récompensé pour ses efforts, dimanche, quand il a remporté la 25e présentation du Marathon de Montréal.

«Je ne m’attendais pas à gagner et je peux dire que c’est l’une des plus belles journées de ma vie, a indiqué l’athlète originaire de la région de Shawinigan, quelques instants après avoir rallié le fil d’arrivée. Je voulais être sur le podium, mais une première place, c’est au-delà de mes espérances.»

Complétant les 42,195 kilomètres en 2 heures 26 minutes et 43 secondes, Berrouard a signé son meilleur chrono à vie. Il a ainsi devancé un autre Québécois, soit David Savard-Gagnon, par 13,8 secondes.

Chez les femmes, Geneviève Asselin-Demers l’a emporté en 2 h 59 min, exactement.

Les coureurs du 25e Marathon de Montréal ont pris le départ à 8 h 30, le dimanche 20 septembre 2015, sur le pont Jacques-Cartier. Arrivée, au parc La Fontaine, de la gagnante Geneviève Asselin-Demers.
MARTIN ALARIE/AGENCE QMI
MARTIN ALARIE/AGENCE QMI
Les coureurs du 25e Marathon de Montréal ont pris le départ à 8 h 30, le dimanche 20 septembre 2015, sur le pont Jacques-Cartier. Arrivée, au parc La Fontaine, de la gagnante Geneviève Asselin-Demers. MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Conseillé par Marcel Jobin

Une fois sa victoire confirmée, Berrouard s’est jeté dans les bras du réputé Marcel Jobin, ancien marcheur olympique et son précieux conseiller à l’entraînement.

Il faut savoir qu’avant d’en arriver à ce triomphe au parc La Fontaine, Berrouard a dû augmenter considérablement son volume d’entraînement. Celui qui occupe un emploi de coordonnateur recherche et développement au Centre national en électrochimie et en technologies environnementales à Shawinigan a avalé de 175 à 200 kilomètres par semaine au cours des derniers mois.

«Comme Marcel me disait, le secret de la réussite, c’est vraiment les kilomètres que tu vas faire pendant la saison. Ça ne se passe pas nécessairement à la course, mais dans les mois précédents, a expliqué Berrouard.

«Dans le cas de Marcel, c’est quelqu’un qui me donne beaucoup confiance car il connaît la recette pour gagner», a souligné le héros du jour, rendant hommage à ce pionnier de l’athlétisme qui vit également en Mauricie.

Des sacrifices

Grâce à son entraînement, Berrouard a notamment pu «pousser la machine» lors des cinq derniers kilomètres.

Sa copine Jennifer Fortin l’a également accueilli avec énormément de fierté.

«Pendant l’entraînement, ce n’est pas toujours facile pour lui et il y a des jours où, un moment donné, ça lui tente moins. Ça demande tellement d’efforts, mais c’est ça être un marathonien», a indiqué sa conjointe, les yeux brillants.

«Quand il court, il n’est pas à la maison pour aider aux tâches quotidiennes et je peux me plaindre parfois, mais ça vaut tellement la peine pour cette journée là», a-t-elle ajouté, avec le sourire.
Les enfants du couple, Mahélie et Léo, peuvent également être fiers de leur papa.

À chacun son héros

À l’image de la victoire de Nicholas Berrouard, il y a des centaines et des centaines de familles qui étaient présentes à Montréal, dimanche, pour encourager les coureurs.

Daniel Kipkoech l’a emporté au demi-marathon, puis Manon Létourneau a été la plus rapide chez les femmes sur cette distance. Pour d’autres, compléter l’épreuve devenait un exploit extraordinaire en soi. Des courses de 10 km et de 5 km avaient aussi lieu, sans oublier le P’tit Marathon 1km Tel-jeunes.

Au total, 34 387 personnes ont participé au Marathon Oasis Rock’n’Roll de Montréal. Au chapitre des mauvaises nouvelles, une douzaine de coureurs ont dû être transportés à l’hôpital. Victime d’un malaise, un coureur a même dû recevoir des manœuvres de réanimation.

Comptant parmi les inscrits, l’Américain Bryan Morseman n’a finalement pas participé au Marathon de Montréal. Il a plutôt profité de la journée pour remporter le demi-marathon à Rochester, au sud de la frontière.