/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

Pinocchio

Thomas Mulcair
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

On avait rarement vu chose semblable au cours d’un débat des chefs, visionné par des millions de personnes. Un chef qui trompe froidement les électeurs.
Quand Gilles Duceppe l’a accusé d’avoir participé au grand rassemblement fédéraliste de la fin de campagne référendaire en 1995, le fameux « love in » financé par le camp du non en contravention à la loi québécoise, le chef du NPD l’a contredit en affirmant ceci : « Moi, j’étais chez moi. »
Dans sa chronique du Devoir sous-titrée Où était Tom?, Michel David cite le livre de Jean Lapierre et Chantal Hébert, Confessions post-référendaires, dans lequel il est écrit ceci : « Comme Justin Trudeau, Thomas Mulcair a assisté au grand rassemblement pro-Canada. » Chantal Hébert en a rajouté en publiant sa citation exacte : « On avait tous été là le jour du fameux rassemblement. »
...
Contrairement à l’idée reçue, il est très rare qu’un chef de parti profère un mensonge aussi effrontément de cette façon, a fortiori en plein débat des chefs. J’ai passé une bonne partie de ma vie professionnelle à observer Jean Chrétien, par exemple, et jamais je ne l’ai entendu mentir. Je l’ai vu éluder une question, faire des détours alambiqués pour ne pas répondre, faire semblant de s’embrouiller. Mais mentir, jamais.

Dans le cas de Thomas Mulcair, qui multiplie les doubles discours et les contradictions, il semble que ce soit une inclinaison habituelle.


Il affirme par exemple depuis des années qu’il était contre la vente du Mont-Orford à l’époque où il était ministre de l’environnement et que c’est pour cette raison de principe qu’il a démissionné. Ses anciens collègues ministres l’ont accusé d’avoir menti il y a quelques semaines. Qui dit vrai? Dans un article d’avril 2006, on apprend qu’il avait « approuvé la vente des terrains et des équipements gouvernementaux du Mont-Orford » quelques heures avant son départ!
En 2010, en français, il écrivait ceci : « Nous savons qu’il est impossible de continuer l’exploitation des sables bitumineux sans gravement affecter la santé des êtres humains et sans détruire à tout jamais d’importants écosystème » Deux ans plus tard, en anglais, il déclarait : « Vous ne m’entendrez jamais parler contre le développement des sables bitumineux. » Virage à 180 degrés ?
Il se présente comme un environnementaliste et donne pour preuve son bilan comme ancien ministre de l’environnement du Québec. Ce qu’il omet de mentionner, c’est qu’il a torpillé l’aide d’Hydro-Québec pour la lutte aux changements climatiques en coupant les fonds à des groupes environnementaux.
...
Dans un livre sur le mensonge en politique, André Pratte cite Thomas Mulcair à l’origine de l’expression « syndrôme de Pinocchio ». Voici un extrait d’une recension de ce livre : « [...] le seul calcul, c‘est : « Est-ce que je risque de me faire pogner? » Sinon les gens se sentent assez libres de manipuler les journalistes et de dire n’importe quoi. » Et le député Mulcair, quelques pages plus loin, de démontrer qu’il souffre lui-même du syndrome, déclarant : « Que quelqu’un fasse un 45 degrés, que quelqu’un dise la vérité mais pas nécessairement toute la vérité et rien que la vérité je constate que ça fait partie de la game. Là où j’ai du mal [à l’accepter], c’est d’avoir quelqu’un en face de moi qui dit sciemment 180 degrés contraire à la vérité. »

Ces temps-ci, Tom doit avoir du mal à accepter d’avoir en face de lui ce Thomas qui dit sciemment 180 degrés contraire à la vérité...

AJOUT : Une porte-parole du NPD, Annie Dufour, a publié une réplique à ce billet. Je laisserai les lecteurs juger...