/news/currentevents
Navigation

Une femme voilée et enceinte agressée par deux ados

Bloc Police SPVM
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Deux adolescents auraient fait chuter une femme enceinte en arrachant son hijab à Anjou mardi, dans ce qui pourrait s’apparenter à un acte islamophobe, selon le mari de la victime.
 
«Ma femme a peur de sortir dans la rue depuis. Elle est triste et elle pleure», a déploré hier Abdelhafid Ben Bellil, le mari de la victime. Trop bouleversée pour témoigner, cette dernière a préféré ne pas parler au Journal hier. 
 
Oumessad Khoufache, 31 ans, allait chercher sa fille à l’école, à quelques coins de rue de son domicile, quand deux jeunes d’environ 15 ou 16 ans qui circulaient à vélo se sont approchés d’elle. 
 
Les deux adolescents auraient alors arraché le voile que portait Mme Khoufache, qui est enceinte de quatre mois. Déséquilibrée, elle serait tombée au sol sur le côté de son corps. 
 
«Quand elle m’a appelé, elle était incapable de parler», a raconté son époux. 
 
Débat sur le niqab
Selon M. Ben Bellil, plusieurs signes suggèrent qu’il s’agirait d’un acte haineux, comme le fait que les jeunes s’en soient pris directement au hijab de sa femme. De plus, comme Mme Khoufache ne portait pas de sac à main au moment de l’agression, il lui semble peu probable que les assaillants aient voulu la voler. 
 
L’incident survient alors que le niqab, voile islamique qui recouvre le visage, s’est récemment retrouvé au coeur du débat électoral fédéral. 
 
«Ma femme porte un hijab [qui ne couvre que la tête] très moderne, qui n’a rien à voir avec le niqab, assure M. Ben Bellil.
 
«Reste qu’il y a une montée médiatique ces temps-ci qui peut alimenter [la haine contre les musulmans]. J’espère que ce n’est pas un acte haineux, car cela voudrait dire que des enfants sont déjà alimentés sur des fausses idées sur le voile», s’est-il désolé. 
 
Haineux?
Mais selon la police de Montréal, qui enquête sur l’incident, le geste n’a pas l’apparence d’un acte haineux, puisqu’aucune parole de colère n’a été rapportée. 
 
«Habituellement, dans un crime haineux, il y a un caractère de haine. Il se peut que les jeunes ne comprennent pas la portée de leur geste», a expliqué le porte-parole Manuel Couture.