/news/currentevents
Navigation

Vous ne gagnez pas? C’est un peu à cause de lui

Un programmeur a trouvé la façon de gagner des tirages plus souvent qu’à son tour

Coup d'oeil sur cet article

Stéphan Dussault et Stéphane Alarie

Un astucieux programmeur de Repentigny a mis en place un stratagème qui lui a permis de gagner des dizaines de concours au Québec et d’empocher avec ses complices plus de 160 000 $ en prix.

Automobile, voyages, meubles, motoneige, ordinateurs, tablettes électroniques, téléphones, pneus, billets de spectacles, coffre à pêche, jusqu’à la simple petite bouteille de vernis à ongles. Aucun prix à rafler dans un tirage ne semble trop gros ou trop petit pour ce groupe démasqué à la suite d’une enquête du Journal.

Si vous ne gagnez pas trop souvent dans les concours en ligne, c’est donc peut-être un peu à cause de Christian Méthot et de ses proches.

Ce crack de l’informatique a mis au point un système automatisé qui lui permet de multiplier à l’infini les inscriptions à des tirages. Il parvient ainsi à hausser fortement ses chances de gagner les prix. Plusieurs grandes entreprises du Québec qui organisent des tirages ont été victimes du stratagème.


Un système astucieux pour gagner à répétition

  1. Christian Méthot cible un concours. Il programme un ordinateur pour lancer un système automatisé d’inscriptions en ligne.
  2. Son système inonde alors littéralement le concours avec des milliers d’inscriptions. Pour y parvenir sans être détecté, il génère de fausses adresses courriel en utilisant plusieurs noms de domaines que le programmeur informatique a réservés, en y greffant tous les noms imaginables. Par exemple :xxx@univmtl.net, xxx@ispqc.com, xxx@commserv.ca, xxx@concordia, campus.com, xxx@eduqc.org
  3. Les milliers d’inscriptions émanent le plus souvent de la même adresse IP (liée à un seul ordinateur), mais elles renvoient systématiquement aux 10 parents et amis membres du réseau. Bien que cachés derrière de faux courriels, ceux-ci doivent fournir leurs vrais noms et leur numéro de téléphone afin de pouvoir éventuellement récolter leur prix.

Les probabilités faussées

Le Journal a fait analyser par des experts les registres d'inscriptions de tirages récents, où le système a été utilisé afin de fausser les probabilités et de hausser, avec succès, les chances de gagner du groupe.

Tirage d’une voiture Fiat

► Inscriptions liées au réseau Méthot : 123 644 entrées sur 204 585 participants

PROPORTION 60%

Tirage d’un ordinateur Mac

► Inscriptions liées au réseau Méthot : 28 776 entrées sur 35 879 participants

PROPORTION 80%


Six prix d’un coup

Selon nos recherches, menées notamment en analysant des registres d’inscriptions, le réseau compte une dizaine de personnes, essentiellement des parents et amis du programmeur web et de sa conjointe Marie-Ève Thériault.

Grâce à ces prête-noms et à son système automatisé, M. Méthot est parfois parvenu à remplir plus de la moitié des inscriptions en ligne d’un même concours. Pas étonnant alors que lui et ses partenaires aient régulièrement gagné plus d’un prix dans un même concours.

Par exemple, ils ont remporté quatre des cinq séjours VIP (400 $ chacun) au centre d’écovillégiature Le Baluchon, en Mauricie, lors d’un tirage effectué en juillet. Ils ont aussi raflé six des 10 séjours en auberge (500 $ chacun) d’Hôtellerie Champêtre, en mars. En février de l’année précédente, ils avaient aussi mis la main sur trois des quatre tablettes électroniques (500 $ chacune) remises en prix par les pharmacies Brunet.

Ça fait des jaloux !

Parmi les membres du clan les plus chanceux, on note la mère du programmeur, Réjeanne Houle. La dame de Saint-Bruno a encaissé au moins 21 prix depuis 2008, soit plus de 38 000 $ de gains.

On parle entre autres d’un voyage pour deux en République dominicaine de 5000 $ (Air Transat), d’une piscine en cèdre de 5000 $ (Salon national de l’habitation), d’une machine à café de 3500 $ (Ricardo) et de 15 000 $ de meubles (Meubles qualité Canada).

«Il y a quelques années, j’ai eu trois voyages [en six mois]», a candidement avoué à notre journaliste incognito le père de Christian Méthot, Jean Méthot.

«D’abord un en Angleterre. Après, on est parti en Jamaïque. Et au milieu de décembre, on est redescendu à Cuba toutes dépenses payées. On est revenu pour les Fêtes. Dans les partys, je te jure que ça rendait le monde jaloux en esti!»

Une technique unique

«Il n’y a personne qui a la technique qu’il a», a également lancé fièrement M. Méthot à propos de son fils, lorsque le représentant du Journal l’a rencontré la semaine dernière.

Notre reporter se faisait alors passer pour un acheteur potentiel d’une motoneige d’une valeur de 14 000 $ remportée par Annie St-Amant, un des prête-noms de Christian Méthot. La motoneige, que le père aide à revendre, est présentement offerte à 8500 $ sur Kijiji.

De son propre aveu, c’est aussi Jean Méthot qui a revendu pour 12 500 $ la Fiat 500 gagnée en février par Isabelle Méthot-Dubé, la sœur de Christian Méthot, dans un concours du Journal.

Dans ce tirage, le système automatisé mis en place par le programmeur a généré plus de 120 000 inscriptions à l’aide d’adresses courriel bidon. Cela représentait 60 % des participants au concours alors que les règlements, comme c’est souvent le cas, prévoyaient une limite d’une inscription par jour par personne.

Des prête-noms

C’était encore pire dans d’autres concours, notamment un où le groupe de M. Méthot a enregistré plus de 80 % des bulletins pour gagner un ordinateur. C’est donc dire qu’ils avaient huit chances sur 10 de rafler la mise.

Selon des confidences recueillies, Christian Méthot a une entente de partage avec ses amis: il leur laisse profiter des voyages gagnés, mais il récolte généralement les produits remportés, puis les écoule sur internet.

Si nos recherches ont jusqu’ici permis de découvrir des dizaines de concours truqués par le réseau de prête-noms, la liste n’est sans doute pas exhaustive.

Du neuf sur Kijiji

L’inventaire de produits flambants neufs mis en vente par Christian Méthot sur le site Kijiji est en effet impressionnant.

En début de semaine, il y a proposé trois batteries de cuisine (300 $ à 320 $ chacune), un système audio (200 $), des jantes en alliage (à négocier), une montre intelligente (350 $), un bâton de hockey en composite (200 $), un «entraîneur électronique» (100 $) et des ustensiles à BBQ (20 $).

Le lendemain, il ajoutait un banc de scie «encore dans sa grosse boîte» (600 $), une scie à onglet (700 $) et un mélangeur (250 $).

Chanceux, mais légal

Réticent à commenter l’affaire, lorsque joint par téléphone cette semaine, Christian Méthot a néanmoins évoqué une «zone grise».

Il a aussi suggéré ne pas être le seul à agir de la sorte: «Vous allez trouver plusieurs personnes qui font comme moi.»

«C’est vrai qu’il a été spécialement chanceux. Mais c’est tout à fait légal», a insisté son père, qui a qualifié l’affaire de «pas tellement d’intérêt».

En raison du non-respect des règlements liés au nombre de participations, Le Journal a annulé les inscriptions des membres du groupe à ses concours actuellement en vigueur.

Les membres du clan
L’enquête du Journal a jusqu’ici permis de retracer plus de 160 000$ en prix raflés par le programmeur informatique Christian Méthot, ainsi que ses parents et amis qu’il inscrivait à des concours. Le groupe a gagné tant de tirages qu’il est fort possible que ce relevé ne soit pas exhaustif.
Le Cerveau
Christian Méthot
Repentigny
  • Concours gagnés: 19
  • Le plus gros prix: 6000$. Voyage VIP pour deux à Whistler (World Ski and Snowbord Festival)
Valeur appr.
des prix
18 500 $
Père de Christian Méthot
Jean Méthot
Saint-Bruno
  • N’est pas inscrit aux concours, mais a dit s’être chargé de vendre la voiture gagnée plus tôt cette années par sa fille Isabelle. C’est aussi lui qui a rencontré notre journaliste qui se faisait passer pour un acheteur potentiel de la motoneige gagnée par Annie St-Amant.
Mère de Christian Méthot
Réjeanne Houle
Saint-Bruno
  • Concours gagnés: 21
  • Le plus gros prix: 15 000$ de meubles (Meubles qualité Canada)
Valeur appr.
des prix
38 400 $
Soeur de Christian Méthot
Isabelle Méthot-Dubé
St-Constant
  • Concours gagnés: 10
  • Le plus gros prix: 20 000$. Auto Fiat 500 (Journal de Montréal)
Valeur appr.
des prix
21 600 $
Amie d’Isabelle Méthot-Dubé
Annie St-Amant
St-Constant
  • Concours gagnés: 4
  • Le plus gros prix: 14 000 $. Motoneige (Rockstar et Couche-Tard)
Valeur appr.
des prix
16 100 $
Conjointe de Christian Méthot
Marie-Ève Thériault
Repentigny
  • Concours gagnés: 15
  • Le plus gros prix: 5000$. Carte-cadeau (Déco Surfaces)
Valeur appr.
des prix
19 100 $
Mère de Marie-Ève Thériault
France Dufour
Saint-Eustache
  • Concours gagnés: 13
  • Le plus gros prix: 3866$. Voyage au Mexique (Brault & Martineau)
Valeur appr.
des prix
11 700 $
Ami Facebook de Marie-Eve Thériault
David-Alexandre Gravel
  • Concours gagnés: 13
  • Le plus gros prix: 5132 $. Voyage pour 4 à Disney World. (TVA)
Valeur appr.
des prix
11 100 $
Ami Facebook de Marie-Eve Thériault
Lukas St-Germain
Thetford Mines
  • Concours gagnés: 11
  • Le plus gros prix: 5000 $. Un an d’épicerie (Radio-Canada)
Valeur appr.
des prix
10 600 $
Ami Facebook de Marie-Eve Thériault
Annick Roy
Sainte-Julie
  • Concours gagnés: 8
  • Le plus gros prix: 10 000$. Ensemble cadeau au Casino de Montréal pour 4 personnes (Clin d’oeil)
Valeur appr.
des prix
13 100 $
Ami Facebook de Marie-Eve Thériault
Pierre Bergeron
Repentigny
  • Concours gagnés: 4
  • Le plus gros prix: 2000 $. Crédit Voyage (concours de Stratos pizzéria)
Valeur appr.
des prix
2600 $
Ils raflent presque tout
Quand on en remporte la plupart des prix d’un même concours, c’est le signe qu’on est soit futé, soit vraiment dans une très bonne journée. Or, les astres du clan ont souvent été bien alignés, comme en font foi ces résultats de concours.
En juillet 2014, neuf des dix membres du groupe ont mérité une paire de billets pour le Super Aqua Club. (V Télé)

« C’est une zone grise » – Christian Méthot

Christian Méthot estime que son stratagème pour gagner des dizaines de concours en ligne est légitime et qu'il profite simplement d'une «zone grise».

Le rusé programmeur a d’abord ­refusé de parler lorsque joint au téléphone il y a quelques jours. «Trouvez vos informations sur le web et faites du mieux que vous pouvez», a-t-il dit.

Lorsque questionné sur les règles ­limitant le nombre d’inscriptions qui pourraient avoir été contournées, il a néanmoins laissé tomber: «Je suis d’accord pour dire que c’est une zone grise.»

Puis, quand on lui a fait remarquer que nos recherches montraient que son programme procédait à des milliers d’inscriptions automatisées depuis le même ordinateur et toujours pour les mêmes 10 noms, il a glissé: «C’est rien de très compliqué. [...] Ben oui, c’est la façon. Voyez sur les forums de concours [...] vous allez trouver plusieurs personnes qui, comme moi, font comme ça.»

D’ailleurs, M. Méthot n’a pas semblé nous croire quand on lui a signalé que son groupe représentait parfois plus de la moitié des participants à un concours. «Faut pas pousser les chiffres trop, trop...» a-t-il réagi.

Or, dans un concours actuellement en vigueur au Journal où une voiture est offerte en prix, son système enregistrait jusqu’à sept inscriptions à la minute pour lui et ses prête-noms. ­Au moment de notre évaluation, cela ­représentait 52 % des entrées. Précisons que ce manège a cessé 15 minutes après notre appel.

Loto-Québec ?

N’en déplaise au programmeur, son propre père ne croit pas que plusieurs personnes utilisent la même astuce pour gagner des concours.

«Il n’y a personne qui peut faire ce qu’il fait», s’est vanté Jean Méthot, tandis qu’il pensait parler à l’acheteur potentiel d’une motoneige gagnée l’hiver dernier dans un tirage et offerte sur Kijiji.

Selon celui qui s’est aussi occupé de revendre la Fiat raflée au printemps par sa fille, il n’y a rien de répréhensible au stratagème de son fils: «C’est une chose qu’on a vérifiée auprès de Loto-Québec. J’ai des bons contacts, j’ai un ami qui est avocat, pis tout est légal. Il n’y a pas de problème.»

«Loto-Québec ne se prononce jamais sur ces questions-là, assure pourtant Patrice Lavoie, directeur des communications à Loto-Québec. Nous nous occupons uniquement de nos jeux et tirages. C’est la Régie des alcools, des courses et des jeux qui gère ça.»

Aucun autre membre du groupe n’a accepté de nous accorder une entrevue.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.