/news/health
Navigation

Guéri de sa paralysie par miracle

Un homme de Québec étonne ses médecins après s’être vite remis d’un grave accident de vélo aux États-Unis

Commotion cérébrale, nez cassé, 60 points de suture, un déficit neurologique et deux vertèbres touchées; la liste est longue lorsque Larry Arkison énumère ses blessures à la suite de son accident, photo à l’appui.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés Commotion cérébrale, nez cassé, 60 points de suture, un déficit neurologique et deux vertèbres touchées; la liste est longue lorsque Larry Arkison énumère ses blessures à la suite de son accident, photo à l’appui.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de Québec a confondu ses médecins américains après s’être miraculeusement remis d’un violent accident qui l’a laissé paralysé sur la chaussée pendant de longues minutes.

Ce professeur retraité a vécu les minutes les plus angoissantes de sa vie le 24 juin dernier.

Imaginez un instant sa peur. À la suite d’une lourde chute en plein visage, votre tête et votre cou encaissent un choc terrible. Vous êtes ensanglanté, mais conscient, et vos membres ne réagissent plus du bout des orteils jusqu’aux épaules.

«Je criais à l’aide. Je ne sentais plus rien. J’étais complètement paralysé. J’ai vu ma vie au complet. J’ai pensé au fauteuil roulant, à Christopher Reeve et à son accident de cheval», raconte Larry Arkison, encore secoué par son expérience traumatisante.

Aux États-Unis

Le 24 juin dernier, le sportif dans la cinquantaine circulait en vélo dans l’État du Maine lorsqu’une voiture lui a coupé le chemin. En appliquant les freins brusquement, il est passé par-dessus son guidon. Résultat: commotion cérébrale, nez cassé, 60 points de suture, un déficit neurologique et deux vertèbres touchées, la C-4 et la C-6. Il portait un casque au moment de l’impact.

Pour expliquer son état inquiétant, les spécialistes parlent d’un choc spinal, une réaction plutôt rare.

Selon la littérature médicale, il s’agit d’une blessure importante à la moelle épinière qui bloque toute sensibilité, toute motricité et tout réflexe au-dessous du niveau de la lésion. «C’est un mécanisme de protection du corps. Mais, quand tu as la face sur l’asphalte, tu ne le sais pas. C’est le pire sentiment du monde de ne plus pouvoir bouger. Les minutes sont très longues.»

Une seule journée

Sans explication, les sensations au dos, aux orteils et aux doigts sont revenues au bout d’un quart d’heure.

Sa conjointe, qui se trouvait à Québec, s’est rendue d’urgence à son chevet, mais le séjour de l’accidenté au York Hospital a duré moins d’une journée.

Les médecins ont été impressionnés par sa spectaculaire remise sur pied.

«On m’a demandé d’être porte-parole pour la campagne de financement de l’hôpital en raison d’une guérison spectaculaire. J’ai eu une session de photos et tourné une vidéo pour leur site web.»

Très sportif, le cycliste a repris sa bécane au cours de l’été. Il avoue toutefois qu’il a encore certains symptômes, comme des troubles de la concentration.

L’hôpital où a été soigné Larry Arkison a choisi le Québécois comme porte-parole d’une campagne de financement.
Photo courtoisie
L’hôpital où a été soigné Larry Arkison a choisi le Québécois comme porte-parole d’une campagne de financement.

Saviez-vous que...

  • Les traumatismes de la moelle épinière touchent essentiellement les jeunes adultes de sexe masculin.
  • Un second pic de fréquence survient ensuite vers 60-70 ans. Les traumatismes violents sont à l’origine de ces lésions.
  • Les causes les plus fréquentes sont, dans l’ordre, les accidents de circulation, les chutes, les agressions et les accidents sportifs.
  • Après une blessure à la colonne vertébrale, deux états physiologiquespeuvent survenir: le choc spinal et le choc neurogénique.

Qu’est-ce qu’un choc spinal ?

  • Le choc spinal est un état transitoire de dépression réflexe des fonctions de la moelle sous le niveau de la lésion, avec perte de toutes les fonctions des sens et de la motricité.
  • Dans 99 % des cas, le choc spinal disparaît en 24 heures.

Qu’est-ce qu’un choc neurogénique ?

  • Le choc neurogénique se manifeste par hypotension, bradycardie et hypothermie.