/lifestyle/books
Navigation

Paul à la croisée des chemins

Paul dans le Nord, Michel Rabagliati
Éd. La Pastèque
photo courtoisie Paul dans le Nord, Michel Rabagliati Éd. La Pastèque

Coup d'oeil sur cet article

La disette est terminée. Quatre ans après la parution du sixième titre de Paul, Michel Rabagliati revient enfin à sa cohorte d’admirateurs avec Paul dans le Nord.

L’attente aura valu le coup, car l’auteur consacré y livre bien plus qu’un excellent album: le meilleur de sa carrière. Rabagliati s’y déploie magistralement, tant au scénario qu’aux pinceaux. Il replonge le lecteur dans le riche terreau de l’enfance/adolescence – période féconde s’il en est –, nous donnant à voir un Paul fébrile, hormonal, sur le point de basculer dans le monde adulte. Brièvement évoqué au détour d’une case de Paul a un travail d’été, l’artiste raconte l’amourette estivale avec Linda, celle-là même qui lui broya le cœur. «On y voit la vraie nature de Paul: ses rapports conflictuels avec ses parents, l’authenticité dont il fait preuve avec ses amis, l’intensité du sentiment amoureux, bref, tout ce qui définit l’adolescence, quoi!» s’amuse Rabagliati. Ainsi, après deux précédents albums plus sombres, le disciple d’André Franquin, dont on retrouve l’indéniable et génial legs, effectue un retour à la comédie, genre dans lequel il excelle.

PAUL, LA SUITE

Après une rupture amoureuse et l’aventure cinématographique de Paul à Québec, l’auteur ignore de quoi sera fait le prochain tome. «J’ai mis tout ce qu’il me restait de souvenirs d’enfance dans cet album. La boucle s’est bouclée», dit-il. Pourrait-on voir le personnage dans un récit anticipé? «Par soucis d’authenticité, je puise à même ma vie pour animer Paul. Ça m’étonnerait que j’aille du côté d’un futur composé.»

À l’instar du film, où on voit Paul évoluer dans le milieu de la bande dessinée, pourrait-on voir le personnage de papier, tantôt graphiste, tantôt illustrateur, devenir auteur de BD? «Ça le rapprocherait trop de moi. J’aime bien qu’il ait un autre métier. En même temps, ce serait chouette d’y voir Jimmy Beaulieu, Réal Godbout et d’autres auteurs locaux apparaître dans mes bandes.»

Si le métier d’auteur de BD en est un de solitude, celui de cinéaste en est assurément un collectif. Le septième art, à la différence du neuvième, est indéniablement médium de concessions et de contraintes, surtout au Québec, étant donné les impératifs financiers. «La production du film m’a assurément apporté plusieurs enseignements, dont celui de l’efficacité scénaristique. Bien que j’aie aimé l’expérience, je jalouse la liberté de création que seule la bande dessinée peut offrir. D’autant plus que les lecteurs me gratifient de leur soutien depuis toutes ces années. Et puis, j’ai toujours autant de plaisir à faire de la bande dessinée.»

Paul dans le Nord clôt magnifiquement un important cycle bédéesque amorcé en 1999. Nul doute que cette croisée des chemins le propulsera vers de nouveaux sommets, quelle que soit la route choisie.

À lire aussi

Titeuf T.14 Bienvenue en adolescence !

 

Titeuf T.14
Bienvenue 
en adolescence !, Zep
Éd. Glénat
photo courtoisie
Titeuf T.14 Bienvenue en adolescence !, Zep Éd. Glénat

L’enfant terrible de la bande dessinée franco-belge est de retour. Dans ce quatorzième ouvrage, Titeuf et sa bande s’apprêtent à vivre la plus ingrate des aventures humaines: l’adolescence. Zep réussit le pari risqué de faire vieillir son personnage et d’abandonner le format de gag en une planche pour un unique récit sur 46 pages. Il prouve ainsi qu’après 23 ans une série consacrée peut être encore animée avec inventivité, fraîcheur, intelligence et tendresse.

Comment faire de l’argent
Comment faire 
de l’argent, Luc Bossé
Éd. Pow Pow
photo courtoisie
Comment faire de l’argent, Luc Bossé Éd. Pow Pow

Comment faire de l’argent marque le grand retour de l’éditeur de Pow Pow Luc Bossé à la bande dessinée. L’auteur y reprend certaines de ses meilleures bandes publiées dans différents fanzines – depuis longtemps introuvables – d’avant la fondation de sa structure éditoriale en 2010. L’économie de son trait, qui n’est pas sans rappeler Tom Gauld ou Nicolas Mahler, apporte une perspective drolatique à ces récits, qu’on redécouvre avec bonheur.

Le chat du rabbin T.6

 

Le chat 
du rabbin 
T.6, Joann Sfar
Éd. Dargaud
photo courtoisie
Le chat du rabbin T.6, Joann Sfar Éd. Dargaud

Neuf ans après la parution du cinquième tome, Sfar revient enfin à son personnage iconique félin avec cette magnificente verve qui le caractérise. En guise d’aventure, l’auteur nous convie aux errances philosophiques et affectives du chat, dont la venue prochaine du premier enfant de sa maîtresse le détrône du centre de l’univers. Un savoureux intermède qui marque le retour d’une des séries fondatrices du 21e siècle.