/entertainment/events
Navigation

Vedettes mises à nu

Une photo de la série Paparazzi.
Sophie Lambert Une photo de la série Paparazzi.

Coup d'oeil sur cet article

Avec son projet Paparazzi, la photographe Sophie Lambert invite à repenser notre rapport au vedettariat.

Réalisatrice connue du grand public depuis sa participation à La Course destination monde, Sophie Lambert multiplie les productions télé lui permettant de mettre en valeur sa passion pour le genre documentaire, et ce, malgré une industrie de plus en plus sclérosée par l’importance des cotes d’écoute. «J’ai toujours réussi à trouver des créneaux où je pouvais réaliser des trucs plus "d’auteure"; où j’avais plus carte blanche. Je touche du bois!», fait-elle valoir.

Des secrets et des parties intimes

Depuis quelques années, Mme Lambert multiplie également les œuvres artistiques communautaires. Avec la série Confessionnal, par exemple, elle invitait son entourage à lui soumettre des secrets de façon anonyme qui, sous sa houlette, allaient devenir des objets d’art.

Une photo de la série Paparazzi.
Sophie Lambert

Pour un projet précédent, elle conviait ses contacts à lui envoyer une partie de leur corps afin d’assembler un cadavre exquis. «Je m’attendais à en recevoir une dizaine. J’en ai reçu 70!», s’exclame-t-elle.

Une photo de la série Paparazzi.
Sophie Lambert

Puis, pour 100 Corps, la photographe suggérait à des amis de poser nus – sans cadrer les visages – histoire d’inviter les gens à s’accepter. «C’est surprenant, mais plusieurs personnes ont embarqué!», commente-t-elle.

La série de clichés devait tout d’abord se retrouver sur Instagram, mais la censure a fait en sorte qu’elle a finalement été révélée lors d’une exposition.

Une photo de la série Paparazzi.
Sophie Lambert

Lorsqu’on lui demande ce qui peut pousser ses proches à participer à des aventures aussi audacieuses, Mme Lambert n’hésite pas. Bien que l’anonymat derrière la plupart de ses démarches aide beaucoup, l’artiste croit qu’on l’épaule autant dans ses oeuvres parce que «les gens ont l’impression de faire partie de quelque chose de plus grand [que leur simple contribution]».

Pour son plus récent projet, qui sera exposé à La Foire d’Art contemporain de Saint-Lambert dès jeudi, Sophie Lambert a fait appel à un entourage aussi illusoire que particulier: des vedettes québécoises.

Gras, problèmes, espace entre les dents...

Malgré l’aspect particulier de Paparazzi, Sophie Lambert indique que celui-ci s’insère dans la continuité de son corpus. «[Encore une fois], c’est mettre de l’avant quelque chose qu’on cherche à cacher... et qui peut être, finalement, une expérience universelle.»

Après les secrets et les parties intimes, c’est donc le mondain ou les imperfections de «stars» qui sont autant passés sous la loupe que sous l’objectif de l’appareil de l’artiste.

 

The gap of an actor. -l'espace entre les dents d'un comédien. Réal Bossé

A photo posted by Sophie Lambert (@sophie_et_nous) on

Ainsi, Paparazzi est également une réflexion sur la célébrité. «Ce qui m’épate le plus, c’est l’admiration que le public a pour les vedettes. C’est comme si elles étaient surhumaines», lance Sophie Lambert avant de donner un exemple. «Je le vois quand je tourne avec Mitsou. Les gens veulent toujours lui parler, se faire prendre en photo avec elle!»

 

The eyes of a television hostess. (Mitsou Gélinas)

A photo posted by Sophie Lambert (@sophie_et_nous) on

«Je comprends cette fascination, poursuit-elle, mais ce que je veux montrer avec cette série où je pose des bouts de corps, c’est souligner que ce sont des êtres humains comme vous et moi.»

 

A radio hostess' scar. - la cicatrice d'une animatrice de radio. Marie-Christine Trottier

A photo posted by Sophie Lambert (@sophie_et_nous) on

«Nous sommes habitués de voir ces vedettes en gros plans, maquillées, etc. Là, c’est qu’un bout de peau.»

 

The bellybutton of a television hostess.- le nombril d'une animatrice de télévision. Annie-Soleil Proteau

A photo posted by Sophie Lambert (@sophie_et_nous) on

«On voit que c’est du monde très normal avec du gras eux aussi! Ça permet de ramener l’admiration des vedettes au plancher des vaches! C’est des gens qui ont autant de problèmes que nous!»

 

The fat on the elbow of an actor.- la graisse du coude d'un comédien. Patrice Robitaille

A photo posted by Sophie Lambert (@sophie_et_nous) on

D’un réseau social à l’autre

Après avoir dévoilé les premiers clichés de Paparazzi sur Instagram, Sophie Lambert lorgne un autre réseau social pour son prochain projet. «Ça se passe sur Tinder!», confie-t-elle sans toutefois révéler les détails de la démarche. À suivre, donc.