/elections/pc
Navigation

Harper accueilli par des manifestants à Québec

Coup d'oeil sur cet article

Quelques dizaines de manifestants, dont plusieurs militants du FRAPRU, réservaient vendredi matin un comité d’accueil au premier ministre canadien sortant Stephen Harper, qui est de passage à Québec à l’occasion de la dernière étape de la campagne électorale.

«Du logement pour les gens, la porte pour Harper», demande le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), dont les membres étaient accompagnés de militants de différents syndicats vendredi devant les bureaux d’Epsylon Concept, à Beauport, l’entreprise que visite M. Harper en avant-midi.

«On veut des logements sociaux, pas de vos maudites baisses d’impôts», peut-on lire sur une des pancartes tenues par les protestataires.

La police confirme que des patrouilleurs s’occupaient d’assurer l’encadrement de la manifestation. Le chef conservateur serait arrivé sur place vers 9 h 30 et aurait pu entrer par l’arrière du bâtiment afin de ne pas être embêté par les manifestants.

Dans un communiqué, le FRAPRU reproche au premier ministre d’avoir négligé les ménages mal logés et les locataires de logements sociaux au cours de son dernier mandat, et d’avoir également ignoré cet enjeu dans le cadre de la présente campagne électorale.

«Le seul moment où Stephen Harper a prononcé les mots “logement social”, c'était pour reprocher aux autres partis de trop en parler», affirme la porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme, dans le communiqué.

Stephen Harper effectue sa quatrième visite dans la capitale depuis le début de la campagne, la plus longue de l’histoire moderne canadienne.