/investigations
Navigation

La femme au niqab œuvre au sein d’une organisation radicale

Zunera Ishaq est bénévole pour une association liée au Jamaat-e-Islami, dont le bras armé est considéré comme une organisation terroriste

vt - Zunera Ishaq004
Photo Getty Images Zunera Ishaq est devenue un personnage central de la campagne électorale quand la Cour d’appel fédérale lui a permis d’être assermentée avec son niqab, après deux ans de combat. Le gouvernement Harper a ensuite annoncé qu’il en appellerait devant la Cour suprême. Ci-dessous, une copie de l’invitation à une réunion du Islamic Circle of North America qui avait lieu chez elle.

Coup d'oeil sur cet article

Hugo Joncas et Andrew McIntosh, Bureau d'enquête

Hugo Joncas et Andrew McIntosh, Bureau d'enquête

La femme au niqab qui a fait dévier la campagne électorale œuvre au sein d’un organisme lié au Jamaat-e-Islami, un parti islamiste pakistanais que plusieurs pays occidentaux considèrent comme une organisation terroriste.

Zunera Ishaq est cette mère de famille qui a prêté serment de citoyenneté avec un niqab, le 9 octobre, après s’être battue jusqu’en Cour d’appel fédérale pour pouvoir le faire.

Cette femme de Mississauga œuvre aussi au sein de l’antenne féminine de l’Islamic Circle of North America (ICNA Sisters).

Les spécialistes considèrent cette organisation comme une filiale nord-américaine du Jamaat-e-Islami, un parti islamiste pakistanais dont le bras armé est considéré comme une organisation terroriste, notamment par l’Union européenne.

En janvier dernier, Zunera Ishaq a même accueilli dans sa demeure de Mississauga une réunion de planification des activités de bienfaisance d’ICNA Sisters pour l’année 2015, selon un document retrouvé par notre Bureau d’enquête sur le site web de l’organisation.

Sur son blogue, le spécialiste canadien du terrorisme Tom Quiggin avait souligné cette semaine l’appui qu’elle apporte à l’ICNA et au Jamaat-e-Islami sur son compte Facebook.

Les documents qu’a retrouvés notre Bureau d’enquête prouvent qu’elle prenait activement part aux réunions de l’ICNA.

Des fonds pour le Jamaat-e-Islami

Depuis 2012, l’ICNA multiplie les dons à une organisation pakistanaise contrôlée par le Jamaat-e-Islami, selon le site de Revenu Canada.

L’organisme a donné 633 000 $ aux projets de la fondation Al-Khidmat, le bras de bienfaisance du Jamaat-e-Islami au Pakistan.

En 2013, une autre organisation islamiste a perdu son statut d’organisme de bienfaisance à cause de fonds envoyés au Jamaat-e-Islami.

Sur Facebook, le profil de Zunera Ishaq mentionne qu’elle est membre du groupe Facebook de ce parti pakistanais.

Jusqu’à hier, son compte mentionnait aussi qu’elle travaillait pour ICNA Sisters, mais cette mention a disparu à la suite de nos appels.

«Contre la violence»

Zunera Ishaq n’a pas répondu à nos questions. Son avocat nous a fait parvenir une déclaration où il précise que «Mme Ishaq fait du travail administratif à l’école musulmane de l’ICNA une fois par semaine et est bénévole dans leurs activités de refuges pour femmes, de banque alimentaire et d’aide aux démunis».

«Le fait qu’elle appuie une école musulmane (...) n’implique pas qu’elle approuve tout ce que fait l’ICNA», note Me Lorne Waldman.

Il ajoute que Zunera Ishaq «n’a jamais appuyé la violence, et ne l’appuiera jamais».

«C'est seulement un choix personnel, de pouvoir vivre ma foi ici», a déclaré Zunera Ishaq à la CBC au sujet de son combat pour le niqab à l’assermentation.

À la Coalition canadienne des organisations musulmanes progressistes, l’auteur canado-pakistanais Tahir Gora n’y croit pas.

«Ses motivations sont plus que politiques. Les musulmans du pays rejettent ce qu’elle fait à 99 %, dit-il. Elle dénature l’islam.»

De son côté, la Fédération des femmes musulmanes appuie la décision de la Cour d’appel fédérale sur le niqab, qui selon elle «appuie les valeurs et la liberté de religion que tous les citoyens du Canada chérissent».

Pour la Sharia

Hugo Joncas, Bureau d’enquête

L’Islamic Circle of America a été fondé dans les années 1970 par des islamistes du Pakistan et de l’Inde. Il est lié au Jamaat-e-Islami, qui vise l’instauration de gouvernements et de lois islamiques.

Le bras armé de ce parti pakistanais, Hizbul Mujahideen, est considéré comme un groupe terroriste par l’Union européenne à cause de sa lutte pour l’instauration d’un État islamiste dans le Cachemire indien.

Le Jamaat-e-Islami est aussi un soutien traditionnel des talibans en Afghanistan.

Dictateur

Dans les années 1980, le parti a appuyé le général pakistanais Zia ul-Haq, qui faisait pendre en 1979 le président élu de la nation, Zulfikar Ali Bhutto, après un coup d’État soutenu par les États-Unis.

Le Jamaat-e-Islami a ensuite aidé le dictateur à maintenir sa poigne autoritaire sur le Pakistan pendant neuf ans, alors que les partis politiques et le parlementarisme étaient abolis.

Pour maintenir les faveurs des islamistes, Zia ul-Haq a notamment forcé les femmes à se voiler à la télévision et instauré la peine de mort pour le blasphème envers le prophète Mahomet.

Zunera Ishaq était toujours membre du groupe Facebook du Jamaat-e-Islami au moment de mettre sous presse.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.