/elections/plc
Navigation

La fin des frappes confirmée

Trudeau a rappelé à Barack Obama qu’il allait retirer les avions de guerre canadiens d’Irak et de Syrie

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Justin Trudeau a prévenu dès mardi Barack Obama au téléphone qu’il allait cesser les frappes aériennes en Irak et en Syrie contre l’État islamique.

«Je lui ai dit que nous allions maintenir notre implication de manière responsable [au sein de la coalition]. Il comprend cependant l’engagement que j’ai fait de mettre un terme à la mission de combat», a expliqué Justin Trudeau en conférence de presse, après avoir discuté avec le président américain.

Le nouveau premier ministre du Canada avait promis pendant la campagne de mettre fin à la mission de combat en Syrie et en Irak, tout en se cantonnant à une mission d’aide humanitaire et de formation en Irak.

M. Trudeau a précisé que le processus de retrait des avions de combat CF-18 venait d’être enclenché.

Rôle important

Il a ajouté que son équipe et lui allaient tout faire pour que la transition s’opère délicatement.

M. Trudeau a assuré qu’Ottawa continuera d’être un «membre de premier plan» de cette alliance dirigée par les États-Unis et se dit conscient du «rôle important» que le Canada a à jouer contre le groupe radical.

Le Canada bombarde les positions du groupe État islamique en Irak depuis octobre 2014 et a étendu ces frappes à la Syrie voisine en avril dernier.

L’armée de l’air canadienne a déployé six chasseurs CF-18 pour participer à la coalition internationale, deux avions de surveillance Aurora, un avion de ravitaillement en vol et deux autres de transport. Environ 600 militaires sont basés au Koweït en soutien logistique.

Quelque 70 membres des forces spéciales canadiennes sont depuis septembre 2014 chargés de conseiller et d’assister les forces kurdes dans le nord de l’Irak.

L’un de ces soldats, Andrew Joseph Doiron, a été tué en mars, pris par erreur pour cible par les milices kurdes.

Coopération franco-canadienne

Justin Trudeau a aussi discuté avec plusieurs autres chefs d’État depuis son élection.

Il a échangé dès lundi soir avec le président mexicain, Enrique Peña Nieto. Il a aussi parlé au premier ministre britannique, David Cameron, au premier ministre de l’Italie, Matteo Renzi et au président français, François Hollande.

La présidence française a évoqué un «entretien chaleureux» dans un communiqué. François Hollande souhaite «améliorer encore la coopération» entre la France et le Canada.

–Avec l’Agence QMI

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.