/elections/pc
Navigation

La popularité n’a pas suffi à Réjean Léveillé

réjean léveillé
Photo Le Journal de Montréal, Sarah-Maude Lefebvre

Coup d'oeil sur cet article

Parachuté dans le comté de Saint-Hyacinthe-Bagot en Montérégie, Réjean Léveillé, ancien journaliste-vedette de TVA Nouvelles, espérait que sa popularité permettrait aux conservateurs de faire des gains à l’extérieur de la région de Québec. Malheureusement pour celui qui était «rassuré» par le leadership Stephen Harper, il a terminé quatrième avec 16,5% des voix, derrière le NPD, le Bloc et les Libéraux.

«Je suis déçu de l’issue du vote, j’aurais aimé gagner. J’ai aussi une déception au niveau national évidemment. Je pense que Stephen Harper était le meilleur leader, mais il semble que nous nous en allons vers un déficit sans fin», a-t-il laissé tomber.

Entouré d’une dizaine de militants, M. Léveillé a parlé du déroulement de la campagne sans aucune amertume dans la voix, en racontant plutôt qu’elle a été pour lui une «expérience humaine extraordinaire».

«J’avais besoin d’aller sur le terrain, d’avoir ses retrouvailles avec la population. J’ai eu des rencontres extraordinaires durant cette campagne et je ne regrette rien. Je referais tout de la même façon», a-t-il souligné, en n’écartant pas la possibilité de tenter sa chance de nouveau en politique.

Victoire de justesse au NDP

Le comté a finalement échappé de justesse aux libéraux. C’est la candidate du NPD, Brigitte Sansoucy, ancienne conseillère en développement régional au ministère de l’Agriculture en Montérégie, qui l’a emportée sur le libéral René Vincelette.

Cette dernière a pris la place de la députée sortante Marie-Claude Morin, issue de la vague orange de 2011, qui n’a pas sollicité un nouveau mandat.

Les bloquistes de leur côté espéraient reprendre leur comté qui était l’un de leurs châteaux forts de 1993 à 2008. Le candidat Michel Filion, consultant à l’international, notamment au Tchad et en Colombie ,a récolté 24% des suffrages, non loin du NPD et des Libéraux.