/entertainment/music
Navigation

Denis Lévesque sort un album de musique

L’animateur parle de sujets très personnels sur Sous mes pas

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir dit «les vraies affaires», Denis Lévesque chante «les vraies affaires». L’animateur sortira vendredi un premier disque sur lequel il aborde des sujets très personnels comme ses problèmes d’alcool et son enfance difficile.

«Je suis très nerveux», avoue l’auteur-compositeur en entrevue au Journal.

Intitulé Sous mes pas, cet album de 14 titres, dont Denis Lévesque signe paroles et musique, révèle une tout autre facette du populaire animateur, qui troque ses complets-cravates pour un look beaucoup plus détendu.

«Je voulais casser mon image, explique le principal intéressé. Les gens ne savent pas qui je suis vraiment. Le gars en habit, toujours bien mis, ce n’est pas moi. C’est mon personnage de télé. La personne que vous entendez sur l’album me ressemble beaucoup plus que celle que vous voyez chaque jour à TVA et LCN.»

Réalisé par Frédéric Darveau et Michel Francœur (Bobby Bazini), Sous mes pas a failli ne jamais parvenir jusqu’aux oreilles du public. Denis Lévesque a enregistré le disque en 2013 en guise de cadeau de Noël à ses deux filles, Myriam et Andréanne. Celles-ci ont ensuite convaincu leur père de pousser sa démarche encore plus loin. Au cours des deux dernières années, le journaliste a torpillé le projet plusieurs fois, craintif des réactions.

«J’avais la trouille. Mais j’ai finalement décidé de plonger, parce que ça fait des années que je dis à mes filles qu’il ne faut pas se laisser gouverner par ses peurs. Je voulais leur montrer l’exemple.»

Photo courtoisie

Très personnel

La musique accompagne Denis Lévesque depuis toujours. Pianiste et guitariste, le lauréat de plusieurs trophées Artis voulait lancer Sous mes pas «avant qu’il soit trop tard», car il souffre d’arthrite, une maladie articulatoire qui lui fait «perdre ses mains». «Je ne suis plus capable de jouer certaines chansons que j’ai écrites», admet-il.

Denis Lévesque aborde cette dure réalité sur l’album. Il parle aussi de son infarctus (Rester vivant), ses problèmes d’alcool (J’espère bien), le décès de son père (Il y a bien des années) et l’Alzheimer de sa mère (La rivière). Le morceau le plus difficile à écrire – et surtout à chanter – a toutefois été Comme si, dans lequel il évoque son enfance brisée.

«J’ai grandi dans une famille dysfonctionnelle, dit-il. Mes parents prenaient un verre... La maladie nous a frappés, tout comme la mort, la dépression... À 17 ans, je me suis retrouvé comme le père d’une famille de 4 enfants. J’ai fait des crises d’angoisse. J’ai suivi une thérapie. Quand on a enregistré la chanson, je pleurais tellement qu’il fallait que je reprenne mon souffle entre chaque ligne.»

Sous mes pas comprend aussi un duo avec sa femme, Pascale Wilhelmy.

Denis Lévesque ne compte pas donner de spectacles après la sortie du disque.

«Je garde mon métier, confirme-t-il. C’était un trip personnel, mais ça voulait également dire: «By the way, je suis autre chose que ce que vous voyez à la télé.» Les êtres humains sont plus complexes que l’image qu’ils dégagent.»

Extraits

Photo courtoisie

« Je me suis noyé dans l’amertume / J’ai pataugé dans les regrets / J’ai monté les marches une à une / J’ai perdu les femmes que j’aimais / J’oubliais la route sous mes pas. »

Extrait de Sous mes pas

« Soudain mon corps qui se déchire / J’entends la mort qui me respire / Dans l’ombre, deux yeux me regardent / est-ce que c’est Dieu ou bien le diable ? »

Extrait de Rester vivant

« Je sais que tout le monde compte sur moi / On me croit sage comme un vieux roi / Capable sans effort de porter sa croix / Je suis plutôt un tout petit prince / Qui aurait besoin qu’on le pince / Pour le sortir de ce cauchemar / Plein d’effroi. »

Extrait de Comme si