/news/education
Navigation

20% des élèves reçoivent des services déficients

Plus de 1000 membres de personnels de direction sondés constatent des impacts des compressions

Danielle Boucher, présidente de l'AQPDE.
Photo Le journal de Québec, Catherine Bouchard Danielle Boucher, présidente de l'AQPDE.

Coup d'oeil sur cet article

Un élève sur cinq ne reçoit pas les services dont il a besoin dans les établissements scolaires du Québec, révèlent les résultats d’une enquête menée auprès des directions d’établissement scolaire, par la firme Léger.

Cette situation serait une conséquence directe des compressions budgétaires, dénoncent plusieurs associations de personnels de direction d’établissements d’enseignement. À long terme, ils craignent que les élèves mettent un terme prématurément à leur éducation, ce qui viendrait ternir une décennie de taux de diplomation en croissance.

«Près des trois quarts des directions s’inquiètent de voir diminuer le taux de diplomation», déplore Danielle Boucher, présidente de l’Association québécoise du personnel de direction des écoles (AQPDE).

En milieu défavorisé, la statistique s’élève à un élève sur quatre qui ne reçoit pas les services dont il a besoin.

Cette carence de service aux élèves serait notamment causée par le «manque criant» de ressources sur le terrain. L’une des solutions à ce problème, appuyée majoritairement par le personnel de direction sondé, serait de faire eux-mêmes la gestion d’un budget global, «leur permettant d’affecter les sommes en fonction des besoins», précise Hélène Bourdages, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire (AMDES).

«Plus que tu prends de décisions auprès de tes élèves, plus que tes moyens auront des impacts sur leur réussite», renchérit Lorraine Normand-Charbonneau, présidente de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement.

Par ailleurs, le sondage révèle que le tiers du temps du personnel est accaparé par la bureaucratie entre les commissions scolaires et les écoles.

L’enquête révèle notamment que les directions estiment en majorité que les compressions affectent le service aux élèves, que les impacts sont de plus en plus importants et que la situation en milieu scolaire est alarmante.