/entertainment/music
Navigation

Jean-Michel Jarre se rapproche du Québec

Jean-Michel Jarre se rapproche du Québec
PHOTO AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pionnier et figure de proue de la musique électronique en Europe, Jean-Michel Jarre détient le record du monde du concert ayant attiré la plus grosse foule, soit 2,5 millions de personnes, à Paris, en 1990. Bizarrement, on ne l’a jamais vu au Québec. C’est appelé à changer, du moins le souhaite-t-il, avec la parution de l’ambitieux album Electronica 1 — The Time Machine.

Car si cet album — qui sera suivi d’un Electronica 2 au printemps prochain — compte sur la participation de géants de la musique comme Pete Townshend, Moby, Air, M83, Massive Attack, Tangerine Dream et plusieurs autres, deux Québécois peuvent se targuer d’y avoir apporté une contribution majeure et de tous les instants.

L’ancien DJ de la discothèque de Québec Le Dagobert, Marco G, ainsi que Stéphane Gervais ont assisté Jarre à la production musicale de toutes les pièces de l’album, ce qui leur a permis du coup de côtoyer toutes les stars qui ont répondu à l’appel de l’artiste français âgé de 67 ans.

«J’ai commencé cet album il y a quatre ou cinq ans, mais ça fait deux ans qu’on travaille avec “le gang” de Québécois. Ils font partie de mon équipe de production rapprochée. Sur un projet aussi ambitieux, c’était important d’avoir une équipe qui pouvait me permettre de travailler sur plusieurs morceaux en même temps», confie Jean-Michel Jarre, avec qui Le Journal a pu discuter au téléphone il y a quelques jours.

Les Plaines l’intéressent

Des liens solides se sont noués entre Jarre et les Québécois. Marco G habitait même chez son célèbre patron lorsqu’il a été appelé à se déplacer à Paris. Évidemment, le sujet du Québec et la possibilité d’y présenter des concerts lors de la tournée mondiale qui est en préparation ont été à l’ordre du jour.

«Nous avons eu énormément de projets qui devaient se faire au Québec et ils n’ont jamais eu lieu. J’espère vraiment que ce projet-là va me donner l’occasion de le réaliser», dit celui qui ne dirait certainement pas non à une offre de se produire sur les plaines d’Abraham.

«Je serais absolument ravi si ça devait aboutir. C’est un endroit mythique au Canada. Du coup, ça serait un honneur et même un privilège de pouvoir partager un moment de musique et d’émotion avec le public québécois», dit-il.

Le choix de Townshend

Selon Jean-Michel Jarre, tous les artistes qu’il a pressentis pour participer à l’enregistrement d’Electronica 1 — The Time Machine sont pour lui des sources d’inspiration. Même le guitariste des Who, Pete Townshend, qu’on n’associe pourtant pas de prime abord à la musique électronique.

«Il était pourtant très haut dans ma liste de souhaits. C’est lui qui a intégré les synthétiseurs et les séquenceurs dans le rock, sur des morceaux comme Baba O’Riley. Il a aussi permis de repousser les frontières dans les concerts de rock», conclut Jarre, qui a lui-même fait reculer les limites de la démesure en concert.


Electronica 1 — The Time Machine est en vente depuis le 16 octobre.