/finance/business
Navigation

Québec investit 1 milliard $US dans un partenariat avec Bombardier

Bombardier CSeries
Photo Archives / Reuters

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le gouvernement du Québec investit un milliard de dollars américains dans un partenariat avec Bombardier pour le CSeries, a annoncé la compagnie québécoise lors de l’annonce de ses résultats trimestriels, jeudi matin.

Le gouvernement québécois crée avec Bombardier une société en commandite, dans lequel il possède une participation de 49,5 %.

«Grâce à ce partenariat, nous retirerons des bénéfices de la société en commandite, et ce, au profit de la collectivité. Cet investissement stratégique assurera également la pérennité de l'ensemble des activités liées à la CSeries au Québec pour une période d'au moins vingt ans», a déclaré dans un communiqué de presse le ministre de l’Économie, de l’innovation et des Exportations, Jacques Daoust.

Le montant sera entièrement affecté au fonds de roulement du programme d'avions CSeries.

L'investissement est puisé dans le Fonds du développement économique et sera administré par Investissement Québec. Deux versements de 500 millions de dollars américains chacun seront faits le 1er avril et le 30 juin 2016.

Cette société sera incluse dans les résultats consolidés de la compagnie. L'investissement a été approuvé par le conseil d'administration de Bombardier et le Conseil des ministres du gouvernement du Québec.

Pour les 20 prochaines années, Bombardier doit conserver dans la province le siège social stratégique, financier et opérationnel de la nouvelle société créée et les activités de conception, de fabrication et de commercialisation des biréacteurs, ainsi que le service après-vente.

Énorme perte nette

Pour le troisième trimestre de 2015, qui prenait fin le 30 septembre, l’entreprise a totalisé une perte nette de 4,9 milliards $. Pour la même période en 2014, l’entreprise avait déclaré un bénéfice net de 74 millions.

Les revenus de l’entreprise pour ce trimestre sont descendus à 4,1 milliards $, contre 4,9 l’an dernier.

Le carnet de commandes de l’entreprise atteignait 61,8 milliards $ au 30 septembre 2015. À la fin de l’année 2014, celui-ci atteignait 69,1 milliards $.

Bombardier : le milliard $ de Québec ne suffira pas

L’investissement d’un milliard $ US que le gouvernement du Québec vient d'investir dans l’avion CSeries ne sera pas suffisant pour mener le développement de l’appareil à terme. D’ici cinq ans, Bombardier prévoit injecter environ 2 milliards $ US supplémentaires dans son programme aéronautique lancé en 2008.

«Le CSeries est le programme qui nous demande le plus d’argent. Le gouvernement a décidé d’investir 1 milliard $ US et nous, notre plan, c’est d’investir le reste», a dit Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier, en conférence de presse, jeudi matin.

Le dirigeant a précisé que Bombardier va amorcer l’année 2016 avec des liquidités disponibles se chiffrant à 5 milliards $ US, en excluant la vente d’une participation minoritaire dans la filiale Bombardier Transport, prévue d’ici la fin de l’année.

«Nous sommes dans une bonne situation pour compléter nos programmes. Les deux principaux sont le CSeries et le Global 7000», a ajouté Alain Bellemare. Il a précisé que l’entreprise n’exclut pas la possibilité de conclure des ententes avec d’autres partenaires financiers.

Dans le cadre d’une conférence téléphonique avec des analystes financiers, la direction de Bombardier a indiqué que la participation de l’État dans la nouvelle coentreprise derrière la CSeries sera abaissée si Bombardier réinjecte des capitaux.