/entertainment/music
Navigation

Lui, il fabrique des bombes

Lui, il fabrique des bombes

Coup d'oeil sur cet article

Nouvelle chronique musicale! Cette semaine, des hommages à Pag et Leclerc, des nouveautés ainsi qu’un peu de rattrapage.

Artistes variés - Pag revisité

Lui, il fabrique des bombes
Photo courtoisie

Étrangement, c’est les amateurs de rock qui risquent de demeurer sur leur faim...

Dans le coin droit, une légende vivante qui a ciselé le rock québécois. Dans le coin gauche, les grands noms actuels du genre. En résulte une compilation de reprises intéressante, certes, mais aussi diablement sage.

On applaudit tout d’abord la sélection de musiciens invités qui va d’Alexandre Désilets jusqu’à Fred Fortin. Une «formation» tout étoile, quoi!

Parmi celles-ci, on salue également les interventions d’artistes comme Patrice Michaud et Karim Ouellet qui n’ont pas hésité à se réapproprier les classiques de Pag pour les amener ailleurs. Plutôt que de se contenter de remâcher des tubes maintes fois entendus, le premier a inséré une dose de funk à «Les bombes» alors que le second, lui, a fait de «Si tu voulais» une balade pop planante riche en claviers.

Étrangement, c’est les amateurs de rock qui risquent de demeurer sur leur faim à l’écoute de l’œuvre.

Outre quelques exceptions — Galaxie qui carbure sur «Louise», Mara Tremblay et Sunny Duval qui s’amusent ferme sur «What The Hell I Got» —, Pag Revisité est cruellement sage. Bien que l’expérience soit pertinente — et même intéressante —, les musiciens qui y participent ruent rarement hors des brancards.

Idem pour la réalisation de Carl Bastien. L’artiste de talent (il a notamment collaboré avec Dumas et Daniel Bélanger) y va d’une proposition qui peut s’avérer un brin trop proprette pour une compilation consacrée à un rockeur de la trempe de Michel Pagliaro.

Bref, Pag conserve toujours sa couronne... pour le moment!

[★★★]

Artistes variés - Duos Félix

Lui, il fabrique des bombes
Photo courtoisie

Outre répondre à la question saugrenue «De quoi aurait l’air un duo réunissant M. Leclerc et les Lost Fingers?», Duos Félix est une parution qui tombe malheureusement à plat.

Tout d’abord, les fleurs: célébrer l’œuvre de Félix Leclerc est un exercice plus que louable.

Puis le pot: malgré une prémisse originale — fabriquer des duos improbables autour de classiques du poète, Duos Félix s’avère barbant. Les nouvelles compositions sont tantôt boursouflées, tantôt endormantes. Pire encore, certaines chansons — «Mac Pherson» et «Notre sentier», par exemple — sont distrayantes tant les enregistrements d’antan détonnent de la production actuelle.

Outre répondre à la question saugrenue «De quoi aurait l’air un duo réunissant M. Leclerc et les Lost Fingers?», Duos Félix est une parution qui tombe malheureusement à plat. Conseil d’ami: dépoussiérez plutôt vos bons vieux vinyles.

[★★]

Susie Arioli - Spring

Lui, il fabrique des bombes
Photo courtoisie

Susie Arioli n’en fait qu’à sa tête...

Bien que l’hiver soit à nos portes, Susie Arioli n’en fait qu’à sa tête et propose Spring, un nouvel album qui suscite autant le printemps qu’un ressort.

D’où cette douzaine de reprises vitaminées de classiques du genre et de compositions chaudes de cette grande dame du jazz.

On craque tout particulièrement pour la coquine «Can’t Say No» (une mixture d’Arioli) ainsi que l’adaptation originale de «Those Lonely, Lonely Night», un «standard» popularisé par Earl King.

[★★★]

Half Moon Run - Sun Leads Me On

Lui, il fabrique des bombes
Photo courtoisie

On s’attendait à une œuvre plus ambitieuse...

Un peu de rattrapage! Après trois années à défendre l’incroyablement louangé Dark Eyes sur la route, Half Moon Run revient à la charge avec une suite plus éclatée, suscitant autant les Beatles (Warmest Regards) que Thom Yorke (Consider Yourself).

Bien qu’on s’attendait à une œuvre plus ambitieuse, Sun Leads Me On demeure un disque pop rock correct, voire un nouveau passeport vers l’international pour le projet.

[★★★ ½ ]

Coup de cœur: Björk - Vulnicura Strings

Lui, il fabrique des bombes
Photo courtoisie

En résulte un exercice de style tout en sensibilité...

Quelques mois après avoir fait paraître la merveille Vulnicura, Björk lève le voile sur un album compagnon reprenant l’œuvre originale de façon dépouillée; sans ses fioritures électroniques.

En résulte un exercice de style tout en sensibilité qui devrait notamment plaire aux nostalgiques du Morning Phase de Beck.

[★★★★]

L'échelle à Péloquin

  • ★: Mauvais
  • ★★: Passable
  • ★★★: Bon
  • ★★★★: Très bon
  • ★★★★★: Excellent