/news/education
Navigation

Une école censure une chanson de Beau Dommage

<strong>Pierre Huet</strong><br>Auteur
Photo d'archives Pierre Huet
Auteur

Coup d'oeil sur cet article

L’enseignante de musique d’une école primaire de la Rive-Sud a cru bon remplacer le «ti-cul» de la chanson 23 décembre par «ti-gars». Un cas de rectitude qui agace l’auteur Pierre Huet.

Tout d’abord flatté d’apprendre que les élèves de la chorale de l’école primaire de la Mosaïque chanteront 23 décembre, son auteur Pierre Huet a par la suite déchanté lorsqu’on lui a rapporté que ses paroles seraient modifiées. Une information transmise par un parent dont l’enfant fréquente l’école située à Saint-Basile-le-Grand.

«Salut ti-cul, on se r'verra, le sept janvier» deviendra donc «salut ti-gars...» lors d’un spectacle qui sera présenté dans le cadre d’une activité de collecte de fonds.

Pas le même sens

«Je ne vais pas grimper dans les rideaux et dire que l’on a assassiné ma chanson, a réagi Pierre Huet. Mais, ce sont tout de même mes mots, je les ai choisis et je ne voulais pas écrire ti-gars, ça n’a pas le même sens», dit-il.

L’auteur de plus d’une centaine de chansons du répertoire québécois qualifie de «candide» l’intention de la professeure qui a choisi de censurer 23 décembre, la chanson écrite en 1974.

«C’est de la naïveté que de croire que l’on peut faire ce que l’on veut avec une chanson», croit le parolier.

Invitée à donner sa version des faits, l’enseignante de musique s’en est remise au service de communication de la Commission scolaire des Patriotes pour expliquer son choix.

«L’enseignante m’a dit qu’elle ne se sentait pas à l’aise avec le mot, surtout que le spectacle sera présenté devant des tout-petits de la maternelle à la 6e année», rapporte Maryse St-Arnaud, porte-parole de la Commission scolaire.

La professeure de musique a tenu à préciser que le choix des chansons n’était pas encore arrêté et que la chanson du groupe Beau Dommage ne serait probablement pas choisie, a ajouté Mme St-Arnaud.

Celui qui a écrit également pour le groupe Offenbach et le chanteur Paul Piché persiste et signe.

«J’ai déjà écrit des choses beaucoup plus grossières. Je suis parolier, je sais jusqu’où aller trop loin, a lancé M. Huet citant Sacha Guitry. Chose certaine, ce n’est pas demain que les chansons de Plume se retrouveront dans une chorale», a-t-il conclu en riant.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.