/weekend
Navigation

[MISE À JOUR] À la rencontre du plus grand admirateur de Jean Leloup

Depuis des mois, il dévoile des archives rares du chanteur culte sur YouTube. Aujourd’hui, il nous explique sa fascination pour le roi Ponpon.

Jean Leloup dévoilera À paradis city le 3 février.
Photo le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Connu seulement sous le pseudonyme de Ministry Deadwolf, ce Lavallois de 33 ans travaillant dans le domaine de l’informatique téléverse depuis des mois des entrevues et prestations méconnues mettant en vedette Jean Leloup.

Au fil des entrevues – et des teintures et tenues de l’artiste! –, on redécouvre l’artiste culte, mais aussi la télévision culturelle québécoise.

Ta passion pour Leloup vient d’où?

Je te dirais que le moment vraiment marquant est quand mon père m’a donné le CD des Fourmis. J’avais 15 ans à l’époque. Je connaissais déjà des chansons comme Isabelle et 1990 qui jouaient à la radio quand j’avais 8-9 ans environ. Mon frère et ses amis plus vieux en écoutaient beaucoup aussi et, comme je m’identifiais pas mal à mon aîné, veux, veux pas, j’ai commencé à triper sur Leloup aussi!

Jean Leloup et la sale affaire. 1990.
Photo: Albert Vincent
Jean Leloup et la sale affaire. 1990.

Depuis un bon moment, tu rassembles des entrevues de Leloup sur tes chaînes YouTube. C’est quoi la petite histoire derrière ce projet d’envergure? Comment en es-tu venu à lancer ce projet?
 
La plus grande partie du matériel a été encodée, échangée ou même achetée au cours de la dernière année. Depuis longtemps, je voyais des entrevues de Leloup sur YouTube et je trouvais ça vraiment cool. J’en apprenais davantage sur lui. Pour un fan, c’est une mine d’or.

J’ai mis ma première vidéo – Jean Leloup à Juste Pour Rire en direct – sur un autre compte, car il manquait à YouTube. À ce moment-là, je me suis donné comme «mission» de mettre à la disposition des fans le plus de spectacles, entrevues et prestations possibles... et uniquement du matériel qui n’est pas déjà sur YouTube!

Jean Leloup en studio.
Photo: Courtoisie
Jean Leloup en studio.

J’ai rassemblé une solide collection en achetant directement de certains réseaux de télévision. De fil en aiguille, j’ai aussi mis la main sur du matériel d’autres fans.

Avoir tout ça pour soi, c’est génial! Moi qui aime Leloup – autant l’homme en entrevue que le musicien sur scène –, c’est vraiment plaisant de pouvoir partager tout ça avec d’autres admirateurs qui n’ont pas nécessairement le temps, les capacités ou la volonté de déterrer ces archives.

On s’entend, je ne fais aucunement ça pour l’argent. Je le fais uniquement par amour pour Jean Leloup, pour ce qu’il est – «dans la vie» et sur scène – ainsi que pour les fans qui le suivent.

Bref, je ne suis pas un collectionneur de trucs palpables, mais bien d’archives tant vidéo qu’audio.

As-tu un «Graal»; une entrevue ou prestation «légendaire» qui échappe toujours à ta collection et que tu aimerais vraiment avoir?
 
Mon «Saint Graal» serait tout ce que je n’ai pas déjà!

Plus sérieusement, j’aimerais beaucoup mettre la main sur l’entrevue complète où Jean Leloup envoie chier en ondes Marie Plourde à MusiquePlus. Elle venait de lui dire «Une chance que la TV en odorama n’existe pas». L’extrait doit se retrouver dans l’épisode des Années Jean Leloup de MusiMax.

Le voici, d’ailleurs. Ça commence vers 42:00...

As-tu rencontré des gens aussi passionnés par Leloup que toi?

Grâce au Castel [NDLR: un forum de discussion web consacré au chanteur], j’ai rencontré d’autres fans. On se rejoignait dans un café avec nos ordinateurs pour faire des échanges!

Via Facebook, j’ai également rencontré deux universitaires qui préparent des thèses sur Leloup. Mes trouvailles ont inspiré leurs recherches!

Je discute également à l’occasion avec Patrick Pelenc, un ancien bassiste de Jean qui était dans La sale affaire.

Les fans de Leloup sont particulièrement passionnés. Ton initiative et Le Castel en témoignent particulièrement. Pourquoi, d’après toi, on adore autant le roi Ponpon?

Le monde aime Jean Leloup tout simplement parce qu’il est Jean Leloup. C’est un artiste vrai, qui ne se conforme pas au moule préétabli des artistes québécois, qui écrit des putains de bonnes chansons et qui, en entrevue, peut autant être touchant qu’attachant, déroutant et rigolo spontané..  

Jean, c’est notre Charlebois à nous les gens entre 25-40 ans. D’après moi, Jean Leloup sera un jour cité comme un des grands de ce monde au même titre que les Leclerc, Charlebois, Vigneault et Léveillée de ce monde.

Quelle serait  selon toi  son entrevue la plus...

    •    touchante?

    •    surprenante?

    •    intéressante?

    •    mémorable?

Parlons musique, tes albums préférés de Leloup sont...

    1.    Le Dôme
    2.    Les Fourmis
    3.    L’amour est sans pitié
    4.    La vallée des réputations
    5.    Mexico
    6.    Paradis City
    7.    Mille Excuses Milady
    8.    Menteur

Et tes chansons préférées?

    1.    Fashion Victim

    2.    La Drop sociale

    3.    Nathalie

Finalement, outre ton projet, qu’est-ce qui t’occupe?

Je suis impliqué avec des amis dans une nouvelle boîte de production qui se nomme CRVN. Peut-être qu’un documentaire sur Leloup pourrait s’y faire!


  • Pour visionner les archives de Ministry Deadwolf, cliquez ici.