/sports/football
Navigation

Un 40e Bol d’or qui promet

Vincent Forbes-Monbleau du CNDF.
Photo d'archives Vincent Forbes-Monbleau du CNDF.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU |  La grand-messe du football collégial québécois, le Bol d’or, en sera à sa 40e présentation dès vendredi et les cinq affrontements à l’affiche devraient être relevés, à commencer par le duel de première division opposant les redoutables Cougars du Collège Champlain-Lennoxville au Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy, samedi après-midi.

Ayant décroché neuf gains en autant de sorties durant le calendrier régulier, les Cougars ont tout raflé sur leur passage, pulvérisant les Élans du Cégep Garneau 59-7 en demi-finale provinciale. Toutefois, si la formation de l’Estrie espère quitter le stade Alphonse-Desjardins du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu avec le 12e titre de son histoire, elle devra se méfier de ses prochains rivaux, qui ont surpris les champions en titre, les Spartiates du Vieux-Montréal, au compte de 46-10 lors du tour précédent.

«Notre objectif cette année n’était pas nécessairement de gagner toutes nos parties, mais de nous améliorer de match en match. On a obtenu une grosse victoire après une semaine de repos et on est prêt à jouer une excellente rencontre, a mentionné l’entraîneur-chef des Cougars, Jean-François Joncas, en conférence de presse mercredi. Il n’y a pas de danger de les prendre à la légère, ce qui est passé est terminé et ça ne joue pas dans la tête de personne.»

Son vis-à-vis du Notre-Dame, Marc-André Dion, ne baisse pas les bras en dépit de la défaite de 41-25 subie aux mains de ses adversaires, début octobre.

«Notre saison allait bien jusqu’à ce que nous affrontions les Cougars! Mais après, on a repris du poil de la bête. Contre les Spartiates, on a eu une grosse deuxième demie et il faudra continuer afin de disputer notre meilleur match de l’année», a-t-il dit.

Une fête du sport étudiant

La finale de la deuxième division constituera le coup d’envoi de l’événement, vendredi soir. Pour l’occasion, les favoris locaux, les Géants du Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu, tenteront de conserver leur couronne en se mesurant aux Nordiques du Collège Lionel-Groulx.

Le lendemain matin, le Vert & Or du Séminaire Saint-Joseph et les Maraudeurs du Collège Laval – l’équipe du quart-arrière des Carabins de l’Université de Montréal Gabriel Cousineau – batailleront pour la suprématie de la catégorie Juvénile 1-B. En soirée, les Griffons du Cégep de l’Outaouais et les Filons du Cégep de Thetford seront en action dans la troisième division collégiale. Enfin, dans le Juvénile 1, les Cactus du Collège Notre-Dame et le Blizzard du Séminaire Saint-François ont rendez-vous dimanche à 13 h.

«Les rencontres du Bol d’or sont toujours très relevées et même s’il y a des équipes ayant des fiches parfaites, tout est possible en finale. Il y a plusieurs facteurs qui peuvent influencer le match, que ce soit les conditions climatiques, la surface de jeu ou les blessures. Pour gagner, il faut y croire; ça ne sert à rien d’être là si on se dit qu’on n’a aucune chance», a expliqué le descripteur du football universitaire à la chaîne TVA Sports, Denis Casavant, qui était le maître de cérémonie mercredi.

De son côté, le directeur général du Réseau du sport étudiant du Québec, Gustave Roel, croit que la qualité des matchs reflète le contexte actuel entourant le football chez les jeunes d’ici.

«Depuis les 10 dernières années, on constate une progression du développement du football québécois et les succès au collégial se transposent à l’université. Nous avons une belle relève et ça aide à promouvoir la discipline, qui est la plus populaire auprès des garçons au niveau scolaire», a-t-il indiqué.