/opinion/columnists
Navigation

La gauche parle au nom de qui?

Coup d'oeil sur cet article

Hier, dans sa chronique, Michel Hébert affirmait que les trois victoires libérales de lundi «constituaient un appui renouvelé au gouvernement Couillard».

«Ces résultats ont de quoi foutre le cafard aux contrôleurs du modèle québécois, écrivait-il. Les syndicats ne peuvent plus prétendre que le peuple se soulève quand le gouvernement remporte les élections!»

Si le peuple était vraiment contre l’austérité, comme le prétendent Québec solidaire et l’ensemble de la gauche, le PLQ aurait subi une raclée lundi, non?

Surtout que les élections partielles servent habituellement à envoyer un message au gouvernement...

LES SYNDICATS NUISIBLES

Il n’y a pas que les résultats des élections de lundi qui font mentir le clan «progressiste».

Vous avez lu le dernier numéro de L’actualité?

On y publie les résultats d’un sondage Léger sur les syndicats, les acteurs sociaux et le modèle québécois.

— 53 % des personnes sondées trouvent que le modèle québécois n’est pas adapté à la nouvelle réalité.

52 % des répondants pensent que les syndicats nuisent au développement économique du Québec

— Et 52 % des répondants pensent que les syndicats nuisent au développement économique du Québec.

«Sur la dizaine d’acteurs sociaux que les répondants devaient évaluer, ce sont les syndicats qui ont l’image la plus négative, écrit L’actualité. À égalité avec les banques et les gouvernements, ou pire qu’eux.»

Qu’en pense Françoise David?

J’imagine déjà sa réponse.

«C’est à cause des méchants médias qui véhiculent une image faussement négative des syndicats...»

Le genre de réponse toute faite que Dominique Payette a sorti au lendemain de la déconfiture du PQ aux dernières élections.

«C’est à se demander si les journalistes n’ont pas été manipulés par le Parti libéral, qui tenait absolument à ramener la question référendaire sur le devant de la scène, a lancé (sans rire) madame Payette lors du post-mortem du PQ, en avril 2014.

«Il faut se poser des questions sur le rôle des médias, sur la démocratie, sur les grandes questions philosophiques...»

LES MÉCHANTS MÉDIAS

Quand le peuple penche du «bon bord», il est génial, intelligent, perspicace.

Le peuple a choisi! Le peuple a voté! Le peuple s’est prononcé!

Mais quand il vote du «mauvais bord», le bon peuple a été gavé comme une oie par les médias. Faudrait choisir...

Le peuple a toute sa tête, oui ou non? On peut se fier à son jugement ou pas?

Ce qui est intéressant, avec le sondage Léger/L’actualité/ L’État du Québec, c’est qu’il a été effectué dans l’ensemble de la province — et pas seulement à Québec où, comme tout le monde le sait, les «méchants médias de droite» font régner «un climat de terreur» et mènent le bon peuple par le bout du nez.

Les syndicats ont beau dire qu’ils représentent le peuple québécois au grand complet lorsqu’ils manifestent avec tambour et crécelle contre l’austérité et le gouvernement Couillard, c’est faux.

Ça me fait penser à ce que m’a déjà dit Lucien Bouchard, aux Francs-Tireurs: «Ce n’est pas parce que tu marches dans la rue que tu as nécessairement raison. Ceux qui ne marchent pas ont peut-être des besoins beaucoup plus criants que les tiens...»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.