/entertainment/music
Navigation

Casser la voix

Casser la voix

Coup d'oeil sur cet article

Kevin Bazinet tente de s’affranchir de la série télé qui l’a fait connaître avec un premier disque plutôt sage.

Kevin Bazinet - Talk To Me

Casser la voix
Photo courtoisie

Talk To Me s’avère être une première ­offrande un brin agaçante.

Un peu plus de six mois après sa victoire à La Voix, Kevin Bazinet dévoile Talk To Me, un premier album qui plaira certainement aux fans de la ­fameuse émission, mais qui risque de laisser les autres mélomanes ­perplexes.

L’artiste – qui signe la plupart des pièces – propose 14 chansons pop teintées de soul et de folk sur fond de textes aussi communs que mielleux. L’ensemble est – dans son genre – bien foutu et défendu par un chanteur qui a non seulement la gueule de l’emploi, mais également la ­proverbiale voix. Les amateurs de Sam Smith et Hozier, par exemple, devraient tendre l’oreille.

Un peu trop poli

N’en demeure pas moins que Talk To Me s’avère être une première ­offrande un brin agaçante.

Malgré une prémisse intéressante – et de belles promesses –, le projet se rapproche dangereusement de sa pochette: lissé... voire trop!

Outre quelques exceptions – dont la groovy «Apocalypse», le futur hit «Make Things Change» et la réinterprétation surprenante de «L’amour existe encore» –, plusieurs des extraits de Talk To Me laissent de glace tant ils sont pondérés et livrés avec discipline.

En résultent des rimes et des rythmes tellement astiqués qu’il est rarement possible pour les mélomanes de s’y ­accrocher le cœur ou les hanches. ­Malgré la discussion proposée par le titre de l’œuvre, on en apprend très peu ici sur Bazinet avec Talk To Me. À suivre donc.

[★★ ½ ]

Yves Lambert avec Socalled - Lambert dans ses bottines

Casser la voix
Photo courtoisie

Un exercice aussi intéressant que revigorant!

Tout comme ses contemporains de MAZ et Mélisande, l’ex-leader de La Bottine Souriante s’amuse avec le trad avec Lambert dans ses bottines, un disque où il renoue avec l’électron libre Socalled.

Le combo livre une œuvre où Lambert reprend des succès du genre vitalisés d’influences ­électro et rap. Un exercice aussi intéressant que revigorant!

[★★★]

Ellie Goulding - Delirium

Casser la voix
Photo courtoisie

Les fans de grosse pop bonbon un brin électro se régaleront.

Ellie Goulding poursuit son ­pèlerinage pop avec Delirium, un troisième disque incroyablement sacharriné.

Peu subtils, l’artiste et son régiment de collaborateurs enfilent une succession de tubes qui résonneront.

Bref, pas de place pour l’expérimentation ni d’introspection.

Bien que les adeptes de la première heure ­risquent d’être déroutés, les fans de grosse pop bonbon un brin électro, eux, se régaleront.

[★★★ ½ ]

Les Respectables

Casser la voix
Photo courtoisie

Une parution un brin bordélique, qui gagnerait – beaucoup – en étant moins proprette.

Les increvables Respectables refont surface avec un album homonyme plutôt éclaté.

Sans remiser leurs aspirations rock «bluesy», Sébastien Plante et ses frères d’armes ratissent large et versent autant dans le reggae («Bleu», qui tombe à plat) que la pop sixties (sympathique «Faux printemps»).

Une parution un brin bordélique, qui gagnerait – beaucoup – en étant moins proprette, mais qui demeure tout de ­même... respectable (excusez-la).

[★★ ½ ]

Coup de coeur: The Muscadettes - Side B

Casser la voix
Photo courtoisie

Idéal pour accompagner vos séances de luminothérapie.

Alors que certains de leurs ­congénères terminent leurs albums de chansons de Noël, le combo montréalais The Muscadettes résiste et propose plutôt Side B, un nouveau maxi mi-surf, mi-rock garage ensoleillé.

Non contentes de s’inscrire dans un genre un brin étouffant ces jours-ci, les sœurs Ambridge et leurs compères s’y distinguent et innovent même en flirtant avec le new wave.

Idéal pour accompagner vos séances de luminothérapie.

[★★★★]

L'échelle à Péloquin

  • : Mauvais
  • ★★: Passable
  • ★★★: Bon
  • ★★★★: Très bon
  • ★★★★★: Excellent