/entertainment/movies
Navigation

La vie après le cirque

Film After Circus
Photo courtoisie Le documentaire québécois After Circus suit le parcours de quelques artistes de cirque en fin de carrière.

Coup d'oeil sur cet article

Considérée comme la capitale mondiale du cirque, la ville de Sarasota, en Floride, accueille chaque année des artistes de cirque en fin de parcours qui songent à prendre leur retraite tout en continuant à partager leur passion. La réalisatrice québécoise Viveka Melki a posé sa caméra sur cette communauté pas comme les autres.

Présenté aujourd’hui en première mondiale aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), son documentaire After Circus raconte donc le parcours de quelques artistes en fin de carrière (trapézistes, clowns, équilibristes et autres) qui ont décidé d’aller passer leurs vieux jours à Sarasota pour continuer de vivre dans un environnement qui s’apparente à celui d’une troupe de cirque.

«Ils vont s’installer là-bas pour continuer d’être ensemble et d’avoir toujours le sentiment de faire partie d’une troupe, explique Viveka Melki qui a tourné le film sur une période de trois ans. C’est une communauté tissée serrée qui est liée par sa passion pour le cirque.»

Comme pour un sportif, la carrière d’un artiste de cirque est limitée dans le temps. À partir d’un certain âge, le corps ne peut plus suivre.

«J’ai rencontré des artistes qui continuent de pratiquer leur discipline jusqu’à 70 ans, mais la plupart d’entre eux doivent arrêter dans la quarantaine parce que ça devient tout simplement impossible physiquement, indique Viveka Melki.

«Forcément, c’est très difficile pour eux de devoir arrêter de faire ce qu’ils aiment aussi jeune. Il y a même une artiste qui m’a dit qu’elle avait eu l’impression de mourir quand elle a dû mettre fin à sa carrière.»

♦ Le documentaire After Circus sera présenté le 14 novembre à 16 h 30 au Cinéma du Parc et le 18 novembre à 17 h 30 au pavillon Judith-Jasmin.