/lifestyle/books
Navigation

Qu’est-ce qu’un miracle?

Coup d'oeil sur cet article

La Montréalaise A.B. Winter, auteure de la trilogie La grande mascarade, best-seller au Québec et en France, s’est basée sur les leçons d’Un cours en miracles, ouvrage de philosophie spirituelle lu par deux millions de personnes, pour écrire Réparer le monde. Mais qu’est-ce qu’un miracle?

A.B. Winter sait exactement comment décortiquer les travers du monde contemporain dans une fable se déroulant dans le monde militaire. Au cours d’une mission à l’étranger, des soldats sont abattus par leurs frères d’armes. Jérémy Péan, 25 ans, est le seul survivant. Pourtant, il s’était enrôlé pour en finir avec la vie.

Jérémy est fait prisonnier par le plus grand criminel de la planète. Dans sa cellule apparaît Sacha, le jeune fils du dictateur, qui lui enseignera les leçons d’Un cours en miracles. Peu à peu, l’esprit de Jérémy se transforme.

En arrière-plan, A.B. Winter révèle les manipulations de la vérité dans les hautes instances politiques et militaires, les mariages viciés par les intérêts des partenaires, et un procès pour haute trahison orchestré par le général Johnson, qui fait de Jérémy le coupable parfait.

Un long travail

Son écriture, dense, remplie de réflexions, est le fruit d’un long travail. «Mon écriture a toujours été assez complexe mais avec Réparer le monde, il y a vraiment une évolution par rapport à mes romans précédents, ne serait-ce que par le style d’écriture avec lequel est écrit Un cours en miracles est extrêmement dense et complexe. J’ai voulu rester dans ce style et... ça a été ardu!», dit-elle en entrevue.

Dans la trilogie, elle abordait le thème des masques qui sont construits dès l’enfance pour être accepté dans la société. Réparer le monde est une évolution de cela: maintenant qu’on a enlevé nos masques, qu’est-ce qui se passe? «Est-ce que tout part véritablement de soi? Si on revient à son véritable soi, est-ce qu’on est capable de créer un monde autour de nous qui nous reflète? Je suis partie de la prémisse la plus difficile — un prisonnier de guerre enfermé dans une cellule, qui se fait torturer — pour tester cette idée: est-ce que tout part de soi?»

Histoires de guerre

Elle a fait beaucoup de recherches, s’est documentée sur l’armée, sur la psychologie des prisonniers de guerre, sur la torture, ce qui a été très difficile.

Comme des gens dans son entourage ont fait une carrière militaire, elle a pu parfaire ses connaissances dans ce domaine. «Ils m’ont raconté plein d’histoires de guerre, de prisonniers... toutes sortes de choses qu’on ne peut pas s’imaginer quand on est loin d’un guerrier. Quand je parle du centre des recrues, c’est des histoires vraies. Ça me fascinait.»

Philosophie, action, suspense: il y a un peu de tout dans le roman. «Je veux que mes lecteurs se posent des questions mais je veux aussi leur offrir une histoire trippante.»


  • La montréalaise A.B. Winter est l’auteure d’une trilogie intitulée La grande mascarade, qui a connu beaucoup de succès au Québec et en France.

EXTRAIT

«Nous avancions depuis quelques minutes déjà, le ventre contre le sol, le visage écrasé dans le sable caillouteux et la langue depuis longtemps desséchée par tant d’aridité. Connor, qui rampait en avant, pestait entre ses dents poussiéreuses, répétant tout bas que nous n’aurions jamais dû sortir du tank, que nous aurions dû plutôt continuer notre chemin, comme c’était prévu dans le plan de mission initial, que Jack, même s’il était notre chef pour cette sortie de reconnaissance, ne connaissait, au fond, rien de rien aux stratégies de guerre et que, finalement, nous n’aurions pas dû l’écouter.»

— A. B. Winter, Réparer le monde

A.B. Winter — Réparer le monde
Photo courtoisie