/news/currentevents
Navigation

Sur le Saint-Laurent sans avoir été repérés

Deux navires de guerre sud-coréens ont pu pénétrer dans les eaux canadiennes en toute quiétude

Ces deux navires de guerre sud-coréens ont pu naviguer dans les eaux canadiennes sans être importunés.
Photo courtoisie Ces deux navires de guerre sud-coréens ont pu naviguer dans les eaux canadiennes sans être importunés.

Coup d'oeil sur cet article

Deux navires de guerre sud-coréens en route vers Montréal ont pu pénétrer profondément dans le Saint-Laurent sans jamais être repérés par les autorités canadiennes. Une brèche dans la sécurité qui pourrait avoir de graves conséquences.

Reçue au Vieux-Port de Montréal lundi matin, la flottille composée de 623 membres d’équipage a pu pénétrer dans les eaux canadiennes sans jamais être inquiétée. Contrairement aux navires commerciaux, les vaisseaux de guerre ne sont pas tenus de faire fonctionner leur transpondeur ou balise AIS (Automatic identification system).

Cette exemption permet donc aux armées de garder secrètes les capacités de manœuvre des navires, mais aussi de naviguer sans être vu. Un privilège qui profite également à la marine canadienne.

2 h 30 d’avis

Or, les navires militaires étrangers qui empruntent le Saint-Laurent ont l’obligation d’informer les autorités puis la Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent de leur position 24 h avant leur arrivée, afin qu’un pilote aux Escoumins prenne en charge le gouvernail. Une information qui ne s’est jamais rendue, dans le cas des navires sud-coréens.

C’est plutôt la vigilance d’employés de la Corporation repérant les navires qui se trouvaient à 30 milles des Escoumins qui a permis d’entrer en contact avec les capitaines coréens et ainsi éviter qu’ils s’engagent plus loin dans le Saint-Laurent, sans pilote.

«Légalement, tout le monde savait qu’ils s’en venaient», assure Simon Mercier président de la Corporation des pilotes du Bas Saint-Laurent. «Généralement on les suit à la trace avec des mises à jour aux 4 ou 6 h, explique-t-il. Là, on l’a su 2 h 30 avant».

La corporation, qui emploie près de 80 pilotes prenant en charge tous les navires qui dépassent Les Escoumins, a pu affecter deux capitaines aux vaisseaux sud-coréens à temps, mais cette situation inquiète certains intervenants du milieu.

Scénario catastrophe

Une source bien au fait du dossier rappelle que la garde côtière canadienne n’a pas le mandat de suivre les mouvements des navires étrangers. Il ajoute, se basant sur cet événement, qu’aucun navire militaire canadien n’est en place pour protéger les eaux canadiennes.

De son côté, Transport Canada indique aussi que les navires militaires étrangers ne sont pas sous son autorité. «En scénario catastrophe, un navire mal intentionné aurait pu monter à Québec en quelques heures», raconte cette source qui souhaite que ce genre de menace soit pris au sérieux.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.