/weekend
Navigation

Éloge du moyen avec le «Saint Cecilia EP» des Foo Fighters

Ce nouvel EP vole cruellement au ras des pâquerettes.

Foo Fighters dedicates free release to Paris
AFP Dave Grohl.

Coup d'oeil sur cet article

Ce mardi, Dave Grohl et ses frères d’armes des Foo Fighters dévoilaient un maxi surprise offert gratuitement en téléchargement pour souligner la fin d’une année particulièrement cahoteuse sur la route... et sur le Web.

La pochette du EP.
La pochette du EP.

Au fil des années, Grohl s’est métamorphosé en personnage plus grand que nature.

De musicien aguerri qui semble dire «oui» — ou qui s’invite — dans la plupart des groupes rock américains actifs actuellement, l’artiste est devenu un documentariste apprécié, certes, mais surtout une icône 2.0 célébrée pour ses moindres faits et gestes.

Le bonhomme se casse une jambe et joue sur un trône? Une tournée des blogues!

Le type chantonne sur scène avec un vieux «rival» d’adolescence? Reprenons l’anecdote partout sur Internet!

Après «l’œuf ou la poule?», voici «Grohl ou l’effervescence du Web?».

Est-ce que le Web est à ce point entiché du sympathique gaillard ou est-ce que la machine poussant ce dernier monte en épingle les histoires le concernant afin de maintenir sa formation dans la culture pop du moment?

Le rapport avec ce Saint Cecilia EP? J’y viens! J’y viens!

Encourageant, mais «moyen»

Un pas dans la bonne direction qui ne sauve malheureusement pas l’œuvre.

D’emblée, concédons que ce maxi est plus revigorant et musclé que l’ambitieux, mais foutrement plate Sonic Highways. Un «retour aux sources» qui est également «un pas dans la bonne direction», donc, mais qui ne sauve malheureusement pas l’œuvre pour autant.

Mais malgré toute la «mystique» entourant désormais les Fighters, Saint Cecilia demeure tout de même «moyen».

Outre «Savior Breath» — qui tire vers le métal, voire le punk rock — ce nouvel EP des Foo Fighters vole cruellement au ras des pâquerettes.

Les fans seront conquis, certainement, mais les autres amateurs de rock qui décapent, eux, l’oublieront rapidement en remettant, par exemple, un brulot comme Too de FIDLAR (paru en septembre) dans leurs écouteurs.

[★★½]