/news/consumer
Navigation

Champion des taxes sur l'essence

Les automobilistes québécois sont ceux qui paient le plus cher en Amérique du Nord

Pour chaque litre d’essence vendu hier au Québec à 99,07 cents, les automobilistes québécois ont versé près de 42,47 cents en taxes diverses. Cela représente 43 % de la facture.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés Pour chaque litre d’essence vendu hier au Québec à 99,07 cents, les automobilistes québécois ont versé près de 42,47 cents en taxes diverses. Cela représente 43 % de la facture.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec est l’État qui soutire le plus de taxes sur l’essence aux automobilistes en Amérique du Nord, démontrent des données compilées par Le Journal.

«C’est au Québec où il en coûte le plus cher en taxes lorsque l’on fait le plein d’essence. Ce n’est donc pas une surprise de constater que les prix sont les plus élevés», souligne l’analyste Dan McTeague du site GasBuddy.com.

Pour chaque litre d’essence vendu mercredi au Québec à 99,07 cents, chaque automobiliste qui a fait le plein a versé en moyenne tout près de 42,47 cents en taxes diverses, soit 43 % de la facture totale.

«Taxe carbone»

Au Québec, les automobilistes doivent payer au moins cinq taxes différentes, dont la fameuse «taxe carbone» qui s’élève à environ quatre cents du litre ces temps-ci.

La «taxe carbone» est actuellement refilée aux consommateurs par les pétrolières dans le prix de base de l’essence qui s’élevait mercredi à 56,6 cents le litre, selon la Régie de l’énergie.

«Rabais» offerts par Québec

Outre la taxe carbone, chaque litre d’essence vendu au Québec comprend la taxe d’accise fédérale, la taxe provinciale sur les carburants, la taxe sur les produits et services (TPS) et la taxe de vente du Québec (TVQ).

Or, selon l’endroit au Québec, les taxes imposées ne sont pas les mêmes en raison de certains «rabais» offerts par Québec. C’est le cas pour les automobilistes habitant près des frontières, ainsi que dans des régions dites éloignées, où les coûts de transport sont ajustés.

Par exemple, à Québec, les taxes perçues sur un litre d’essence ordinaire s’élevaient mercredi à 42,14 cents alors qu’elles atteignaient 45,56 cents à Montréal.

Ailleurs en Amérique

Au Canada, les taxes sur l’essence prélevées par les provinces s’élevaient mercredi en moyenne à 30,4 cents pour un litre d’essence vendu au prix de base de 56,6 cents.

En Colombie-Britannique, les différentes taxes combinées sur la vente d’un litre d’essence s’élevaient à 35,5 cents comparativement à 35,49 cents en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve et au Labrador.

Aux États-Unis, les taxes les plus élevées sur l’essence se trouvaient dans l’État du Vermont, à 18,5 cents US le litre ou 24,6 cents CAN, selon le site GasBuddy.com

En Californie, les taxes combinées sur le carburant s’élevaient quant à elles mercredi à 17,45 cents US, soit 23,19 cents CAN du litre.

Vancouver chauffe Montréal

Les automobilistes de la région de Montréal sont ceux qui paient le plus de taxes sur l’essence en Amérique du Nord.

Mercredi, 45,56 cents de taxes étaient prélevés en moyenne sur chaque litre acheté sur l’île de Montréal.

Dans la métropole, les automobilistes doivent notamment payer une taxe spéciale de 3 cents par litre prélevée pour financer les activités de l’Agence métropolitaine de transports (AMT).

Les automobilistes de Vancouver ne sont toutefois pas très loin, eux qui paient des taxes combinées de 45,5 cents par litre, en raison d’une taxe spéciale de transport de 17 cents et d’une taxe carbone de 6,67 cents.

Crédit d’impôt

Or, la Colombie-Britannique a introduit un crédit d’impôt sur le dioxyde de carbone qui permet toutefois d’atténuer les impacts financiers de cette taxe.

À prix égal, cette mesure concède donc aux Montréalais le glorieux titre «de plus taxés sur l’essence en Amérique du Nord».