/news/politics
Navigation

Élections fédérales: 52% des Québécois souhaitent un nouveau mode de scrutin

bloc situation vote
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Les Canadiens veulent que la façon d’élire les députés fédéraux change et ils disent préférer un système de représentation proportionnelle.

C’est ce que révèle un grand sondage national mené par la firme Abacus Data pour le compte de l’Institut Broadbent, une organisation indépendante et non partisane qui favorise le changement progressiste.

Selon le sondage, 42 % des Canadiens estiment que le système électoral doit être «complètement remanié» ou qu’il faut apporter «d’importants changements».

Ce sont les Québécois, à 52 %, qui souhaitent le plus ardemment des modifications au mode de scrutin au pays, de même que les personnes qui ont voté pour le NPD, le Parti vert ou le Bloc québécois.

Le gouvernement Trudeau a promis de réformer le système électoral en campagne électorale et 44 % des Canadiens (50 % des Québécois) estiment que le nouveau gouvernement devrait respecter sa promesse, alors que 24 % préfèrent conserver le système actuel.

Le sondage, qui a été réalisé auprès de 2986 Canadiens du 3 au 6 novembre, se veut la première enquête d’importance sur le sujet au pays.

Les personnes sondées, qui étaient des partisans des cinq partis représentés à la Chambre des communes, avaient le choix entre le système actuel à un tour, deux variantes de représentation proportionnelle et le scrutin à classement ou préférentiel.

Parmi les quatre modes de scrutin proposés, soit le système actuel à un tour, deux variantes de représentation proportionnelle et le scrutin à classement ou préférentiel, 44 % ont dit préférer un mode de représentation proportionnelle.

Selon une majorité des personnes sondées, le système électoral doit être simple et facile à comprendre et il doit mettre en place des gouvernements stables et solides. À l’inverse, tout au bas de la liste, les Canadiens ne veulent pas que le mode de scrutin produise des gouvernements minoritaires ou de coalition.

«Le principe voulant que notre mode de scrutin veille à ce que le nombre de sièges au Parlement reflète le niveau d'appui reçu par un parti dans l'ensemble du pays est simple et facile à comprendre. C'est aussi un principe équitable et populaire», a commenté par communiqué Rick Smith, directeur général de l'Institut Broadbent.

L’Institut du Nouveau Monde à Montréal, une organisation non partisane qui se donne pour mission d’accroître la participation citoyenne à la vie démocratique, a accueilli avec satisfaction les résultats du sondage.

Tout en se disant en faveur de l’instauration d’un mode de scrutin partiellement proportionnel, l’Institut du Nouveau Monde prône d’aller plus loin, notamment en mettant en place le vote obligatoire, avec la possibilité de voter blanc, de même que le droit de vote à 16 ans.