/news/green
Navigation

5 créateurs écolos à découvrir

Coup d'oeil sur cet article

Dans la foulée du COP 21, où les enjeux environnementaux sont à l’honneur, le 24 heures présente cinq des quarante créateurs du Salon des artistes récupérateurs de la Maison du développement durable. Ces créations québécoises écologiques, créées à partir de matériaux réutilisés ou recyclés, vous donneront peut-être quelques idées pour conjuguer respect de l’environnement et temps des Fêtes.

Verre vert

Depuis un an et demi, Marie-Odile Lépine fait le tour des marchés aux puces et braderies de Montréal pour trouver des pièces de verre originales qu’elle transforme en lampes et autres objets utilitaires. «Je ne créé pas de ramasse-poussières! Quand je trouve un article qui m’inspire, je l’intègre à mes créations pour en faire un objet pratique et beau.» Si le verre réutilisé est à l’honneur chez Verre vert, on retrouve également des objets de céramique, porcelaine et même de plastique.

Photo 24 heures, Marie Christine Trottier
Photo 24 heures, Marie Christine Trottier

Créations Émilie Robert

Les soeurs Émilie et Marilou Robert aiment bricoler depuis qu’elles sont toutes petites. Elles ont toujours réutilisé des objets qu’elles avaient à portée de main pour les embellir et leur trouver une seconde vie.

«C’est certain que ça a évolué avec le temps! Mais ça reste simple. On reprend des objets de tous les jours», explique Marilou. Les soeurs Robert présentaient des boules de Noël en bonshommes de neige créées à partir d’ampoules grillées et de vêtements seconde-main. Elles font aussi des bas de Noël en patchwork très originaux.

Photo 24 heures, Marie Christine Trottier
Photo 24 heures, Marie Christine Trottier

Entre-Peaux

L’éco-designer Maude Léonard créé des sacs, des portes-monnaie et même des bavettes en bannières recyclées depuis maintenant 10 ans. Au fil du temps, elle s’est bâti un réseau de fournisseurs qui lui donnent leurs vieilles bannières de PVC pour qu’elle leur redonne une seconde vie. «Au Québec, ce n’est pas un matériau qui se recycle, donc nous on offre de prendre leurs bannières et de les transformer en quelque chose d’utile et résistant.» Les bavettes de Maude Léonard sont à l’épreuve des mets les plus salissants et ses sacs sont ultra solides.

Photo 24 heures, Marie Christine Trottier
Photo 24 heures, Marie Christine Trottier

Créations européennes

Branimir Misic fait le tour des braderies pour dénicher de vieux articles de métal et des antiquités pour en faire des petits robots sympathiques. Avec leurs vieilles boîtes de conserve, leurs bras en fourchettes tordues et leurs yeux globuleux, les robots de M. Misic attiraient beaucoup les regards au Salon des artistes récupérateurs.«Je m’inspire beaucoup de l’univers de Tim Burton et des dessins animés en général. Mes robots ont de grands yeux et ils ont l’air gentil.»

Photo 24 heures, Marie Christine Trottier
Photo 24 heures, Marie Christine Trottier

Montréal Machin

Faits d’écorce de bouleau, les abat-jours de Jean Larose sont aussi solides et durables que du bois. Avant de les tailler, les vider et les poncer, il doit sélectionner minutieusement les arbres à transformer. «Ce n’est pas facile, parce qu’on prend juste des arbres morts, dont le bois a été grugé à l’intérieur par des insectes. On ne veut pas abattre des arbres en santé et en vie. Par contre, l’écorce doit être encore belle et surtout, elle doit être solide. C’est très rare de trouver des bouleaux qui ont toutes ces caractéristiques», indique-t-il.

Photo 24 heures, Marie Christine Trottier