/news/society
Navigation

Prêt pour un accueil «historique»

L’aéroport Trudeau sera un des deux seuls points d’entrée des milliers de réfugiés syriens

Coup d'oeil sur cet article

Dans quelques jours, des milliers de réfugiés syriens se présenteront à la porte 17 de l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, dernière escale d’une longue route qui fera d’eux des résidents canadiens permanents.

Les premiers réfugiés pourraient fouler le sol canadien dès samedi soir prochain, mais cela reste à confirmer. Peu importe, les infrastructures nécessaires sont prêtes et le personnel est mobilisé.

«C’est un accueil historique, a lancé Vito Vassallo, directeur des opérations pour Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Les réfugiés arriveront par deux points d’entrée, Montréal et Toronto.»

Le Canada a l’habitude de l’arrivée massive de réfugiés en très peu de temps, rappelle Pierre-Paul Pharand, vice-président d’Aéroports de Montréal.

«Nous avons traité l’arrivée de Libanais en 2006 et de 4000 Haïtiens lors du tremblement de terre de 2010. Nos équipes ont l’expertise», assure-t-il.

Premier contact agréable

Les médias ont été invités à visiter les locaux temporaires aménagés à l’Aéroport Pierre-Elliott-Trudeau pour faciliter l’arrivée massive de Syriens. Tout a été prévu pour faciliter le traitement administratif des milliers de dossiers.

«Le processus mis en place vise à vérifier autant l’aspect criminalité que la sécurité et le côté médical. Nous nous assurons aussi que le premier contact avec le pays soit le plus agréable possible», dit M. Vassallo.

Les réfugiés fraîchement devenus résidents canadiens permanents se rendront ensuite dans un lieu d’accueil situé à quelques kilomètres de l’aéroport, dans un entrepôt appartenant à Bibliothèque et Archives Canada.

Ils y recevront une carte d’assurance-maladie temporaire, un numéro d’assurance sociale et des vêtements chauds pour l’hiver.

«Nous avons prévu des aménagements pour les enfants. Nous avons hâte de les accueillir», confie Christiane Beaulieu, d’Aéroports de Montréal.


♦ À l’aéroport Pearson de Toronto, le seul autre point d’entrée au pays pour les réfugiés syriens, on devra refaire en vitesse des affiches où on a fait une erreur dans le mot «toilettes» en langue arabe.

 

L’arrivée des réfugiés en 8 étapes

Arrivée porte 17

Photo Chantal Poirier

Les réfugiés arriveront par des vols nolisés en compagnie de personnel médical à bord. Deux agents des services frontaliers les accueilleront à la porte 17.

Premier tri

Photo Chantal Poirier

Les réfugiés seront dirigés vers une salle d’attente pouvant accueillir 120 personnes. Les passagers seront triés en fonction de divers critères: mobilité, présence de jeunes enfants, etc.

Communication 101

Photo Chantal Poirier

Trente interprètes seront présents pour faciliter les échanges entre les réfugiés et les autorités canadiennes.

Entrevue

Photo Chantal Poirier

Les réfugiés passeront tour à tour en entrevue. On a prévu 23 cubicules de traitement de leur résidence permanente avec lecteurs de passeports et lecteurs d’empreintes digitales.

Une salle de répit

Photo Chantal Poirier

Une deuxième vaste salle d’attente a été aménagée pour permettre aux réfugiés de patienter. On y trouve des aires de détente pour les enfants, des salles d’allaitement, de l’eau et de la nourriture sèche. «Nous avons même décoré les murs avec des photos de Montréal», souligne Christiane Beaulieu, d’Aéroports Montréal.

Traitement rapide

Photo Chantal Poirier

Les équipes mobilisées pour traiter l’arrivée des réfugiés affirment être en mesure de traiter environ 300 passagers en 3 ou 4 heures.

Aire d’accueil

Photo Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Les réfugiés seront ensuite dirigés vers un lieu d’accueil où ils recevront une carte d’assurance-maladie temporaire, un numéro d’assurance sociale et des vêtements d’hiver. La Croix-Rouge sera également sur place.

Inspection bagages

Photo Chantal Poirier

«100 % des bagages seront passés au rayon X. Certains seront fouillés pour éviter l’entrée de biens interdits au Canada», indique Patrick Lefort de l’agence des services frontaliers.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.