/world/europe
Navigation

Un salaire de base garanti pour tous

Les regards se tournent vers la Finlande qui versera 800 euros/mois à tous ses citoyens

Le revenu de base universel aura pour effet de diminuer la pauvreté, affirme le nouveau premier ministre de la Finlande, Juha Sipilä­­.
Photo REUTERS Le revenu de base universel aura pour effet de diminuer la pauvreté, affirme le nouveau premier ministre de la Finlande, Juha Sipilä­­.

Coup d'oeil sur cet article

Les Finlandais sont tombés sur la tête, diront certains. Dès 2017, le pays fera l’expérience du versement d’un salaire­­ de base pour tous les adultes, quels que soient leur métier, leur revenu ou leur état de santé. Une vaste révolution qui pourrait faire des petits ailleurs dans le monde.

«La situation de la Finlande est si grave que nous avons besoin du courage d’expérimenter et de trouver des solutions nouvelles», disait Juha Sipilä pendant la campagne électorale de 2014.

Élu en avril dernier, le premier ministre de la Finlande a surpris tout le monde cette semaine en annonçant un audacieux projet pilote.

Helsinki, la capitale de la Finlande.
Photo Fotolia
Helsinki, la capitale de la Finlande.

Dès 2017, une allocation mensuelle universelle de base de 800 euros (environ 1200 $ CA) sera versée aux citoyens. L’un des objectifs visés: lutter contre la pauvreté.

Soutenue dans les sondages par 79 % des Finlandais, la mesure sera d’abord appliquée dans les régions où les taux de chômage sont plus élevés avant de s’étendre partout au pays.

Les détails de ce plan ne sont pas encore dévoilés. On prétend toutefois qu’il permettra de faire des économies en supprimant tous les programmes sociaux existants ce qui diminuerait la bureaucratie et la taille de la fonction publique.

Possible chez nous ?

«Huit cents euros par mois, ce n’est pas énorme pour vivre en Finlande, lance Françoise David.

«Ça semble intéressant, mais je suis prudente. À suivre de près en 2016», croit la porte-parole de Québec solidaire. Au cours de la dernière campagne électorale, son parti proposait un revenu minimum de 12 660 $ par année, mais seulement pour les personnes à faible revenu. Une promesse chiffrée à 3,9 milliards par année.

Réduire la pauvreté

Chez les économistes, les vertus du revenu de base universel sont loin de faire l’unanimité, confie Luc Savard.

«Cela va certainement réduire la pauvreté. C’est un outil qui n’a pas beaucoup été appliqué, qui pourrait fonctionner, mais ça mérite que l’on fasse des recherches plus poussées», estime le directeur du Département d’économie à l’Université de Sherbrooke.

«Le revenu de base pour tous crée beaucoup d’incertitude autour de l’impact sur le marché du travail», ajoute-t-il.

«Lorsque je travaillais au ministère des Finances au fédéral, cette proposition revenait souvent et chaque fois on en venait à la conclusion que ça coûte trop cher», explique l’économiste François Delorme­­, également chargé de cours à l’Université de Sherbrooke.

L’idée d’un revenu de base universel fait son chemin dans la population. En juin, quatre citoyens ont fondé Revenu de base Québec un mouvement qui milite en faveur d’une allocation pour tous.

«C’est une idée radicale, on ne le nie pas, ça prend du temps à l’apprivoiser, mais ça règle les problèmes à la racine», plaide Jonathan Brun, cofondateur de Revenu de base Québec.

 

Un PM original et multimillionnaire

Le revenu de base universel aura pour effet de diminuer la pauvreté, affirme le nouveau premier ministre de la Finlande, Juha Sipilä­­.
Photo AFP

Trop occupé par ses fonctions de premier ministre de la Finlande, Juha Sipilä a récemment offert aux réfugiés de s’installer dans sa magnifique maison de campagne située à Kempele, à 550 km de la capitale Helsinki.

«Ma maison sert peu actuellement», a-t-il confié, souhaitant ainsi créer un mouvement populaire.

«Je veux appor­ter ma pierre à l’édifice pour montrer que la Finlande est un pays multiculturel», a déclaré l’ex-homme d’affaires devenu multimillionnaire en vendant son entreprise de composants électroniques à un groupe américain.

Signe encore de son originalité, le premier ministre finlandais, Juha Sipilä, a offert son luxueux chalet pour abriter des réfugiés.
Photo AFP
Signe encore de son originalité, le premier ministre finlandais, Juha Sipilä, a offert son luxueux chalet pour abriter des réfugiés.

Père de cinq enfants, dont le plus jeune est décédé, Sipilä a fait le saut tardivement en politique, il y a quatre ans. Ce politicien de centre droit, que plusieurs perçoivent comme un self-made-man, fera-t-il vraiment les choses autrement?

En novembre dernier, après seulement sept mois au pouvoir, Juha Sipilä a menacé de démissionner en raison de désaccords au sein de son gouvernement sur une réforme du système de santé. Les négociations avec ses partenaires ont tourné en sa faveur et l’éclatement du gouvernement a été évité.

Fervent défenseur de l’austérité, ce premier ministre original réussira-t-il le pari de l’instauration d’un revenu de base universel? À suivre.

 

L’expérience manitobaine

Dans les années 1970, la ville de Dauphin, au Manitoba, a fait l’expérience du revenu minimum universel.

Entre 1974 et 1979, les résidents ont eu droit à une allocation pour tous. L’objectif était de vérifier si l’argent versé directement aux citoyens pouvait remplacer les programmes sociaux­­.

L’expérience fut interrompue sans qu’un rapport soit publié. Ce n’est qu’en 2007 qu’une chercheuse, la Dre Evelyn Forget, a entrepris l’analyse des données accumulées tout au long de l’expérience.

La Dre Forget a ainsi observé­­ une baisse de fécondité­­ chez les jeunes femmes, une baisse de la fréquentation des hôpitaux de 8,5 %, de même qu’une forte diminution des accidents liés au travail.

La chercheuse a aussi remarqué une diminution des admissions aux urgences des hôpitaux pour des accidents de la route ou des cas de violence conjugale.

 

Des apôtres au pouvoir

Le revenu universel garanti est la voie de l’avenir, croit François Blais. C’est du moins ce que le ministre affirmait lorsqu’il dirigeait le ministère de la Solidarité sociale.

Diplômé en service social et docteur en philosophie, l’actuel ministre de l’Éducation s’est intéressé à la question.

En 2003, il publiait, en collaboration avec l’actuel ministre fédéral de la Famille­­, Jean-Yves Duclos, les résultats d’une recher­che intitulée Effets redistributifs d’un régime d’allocation universelle: une simulation pour le Québec.

Plus tôt en 2001, M. Blais publiait un ouvrage qui prône l’instauration d’un revenu inconditionnel pour chaque citoyen. «L’allocation universelle ne constitue pas une utopie, mais certainement un vaste chantier de réformes», disait­­-il.

Invité à commenter l’exemple de la Finlande, M. Blais a décliné notre demande­­ d’entrevue.

 


Finlande

  • Population: 5 491 054 habitants
  • Capitale: Helsinki
  • Économie: en récession depuis 2012, le pays connaît une croissance de zéro depuis­­ 4 ans. Ce taux était de 5 % en 2007 et de 6 % en 1997.
  • Taux de chômage: longtemps proche du plein-emploi, il frôle maintenant 10 %
  • La Finlande est la patrie de Nokia, ancien numéro un mondial de la téléphonie mobile­­
  • La Commission européenne vient de placer le pays sous surveillance pour son déficit­­ budgétaire
  • Un ménage moyen dépense 3000 euros par mois selon l’Institut statistique national

Pays-Bas

La ville d’Utrecht, aux Pays-Bas, va tenter l’expé­rience dès janvier 2016, sur un groupe d’environ 300 personnes à qui seront versés 900 euros par mois pour un adulte et 1 300 euros pour un couple

Suisse

En Suisse, un référendum devrait avoir lieu à l’automne 2016 sur la garantie d’un revenu annuel équivalent à 35 900 $

France

La région de l’Aquitaine — dans le sud-ouest de la France — a voté en faveur d’un projet pilote sur ce qu’ils appellent le revenu de solidarité active (RSA)

Espagne

En Espagne, cette promesse figure parmi les revendications du mouvement anti-austérité­­ Podemos.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.