/news/currentevents
Navigation

Sept frères accusés d’agression sexuelle sur quatre femmes

Les infractions reprochées se seraient produites entre 1957 et 1976

Sept frères accusés d’agression sexuelle sur quatre femmes
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Un scandale sexuel vieux de 50 ans vient d'éclater sur la Rive-Sud de Montréal alors que sept frères sont accusés d'agression sexuelle sur quatre femmes proches de la famille.

Les sept hommes, aujourd'hui âgés de 59 à 71 ans, auraient commencé leurs agressions alors qu'ils étaient mineurs.

Ils ont été accusés au tribunal de la jeunesse hier, faisant en sorte que les médias ne peuvent révéler leur identité.

Les quatre victimes, dont l'identité ne peut pas non plus être révélée, avaient quant à elles entre 9 et 16 ans au moment des agressions alléguées.

Pendant 20 ans

Cinq des sept frères auraient poursuivi les sévices présumés alors qu'ils étaient adultes.

Les infractions reprochées se seraient échelonnées sur près de 20 ans, soit entre 1957 et 1976.

Ils ont été arrêtés mardi, après une enquête de la police de Longueuil ayant duré quatre mois.

Les sept frères sont accusés d'attentat à la pudeur, d'agression sexuelle sur des mineures, de viol et de grossière indécence, notamment.

«En matière de crimes sexuels, c'est possible de porter des accusations des années plus tard, a expliqué la procureure de la Couronne, Me Christel D'Auteuil Jobin. Les victimes doivent être prêtes à faire face aux procédures, ce qui peut expliquer le délai de temps.»

Les sept frères ont tous été relâchés au terme de leur comparution au palais de justice de Longueuil, hier.

Relâchés sous conditions

Ils sont soumis à de multiples conditions, comme l’interdiction de communiquer entre eux, avec leur mère ainsi qu'avec les victimes.

La mère des frères n'est visée par aucune accusation.

Fait à noter, aucune exception à cette condition n’a été prévue pour la période des Fêtes.

Les accusés ne pourront posséder aucune arme et ne devront pas se trouver en présence de mineurs, à moins qu'un autre adulte au fait des procédures judiciaires ne soit avec eux.

S'ils sont reconnus coupables des agressions reprochées, ils sont passibles d'une peine variant entre 5 et 14 ans de pénitencier, d'après la Couronne.