/lifestyle/food
Navigation

La semaine gourmande de Jessica Harnois

Jessica Harnois
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Jessica Harnois, sommelière animatrice bien connue du grand public, cumule plus de quinze années d’expérience dans le milieu de la restauration. Elle a d’abord été sommelière dans de grands établissements tels que Tetsuya’s à Sydney, en Australie, Charlie Trotter’s à Chicago, aux États-Unis, et ici, au Toqué. Elle a occupé le poste de sommelière en chef à titre d’acheteuse de vins pour les services SAQ Signature. Elle a conceptualisé le jeu Dégustation Vegas qui démocratise le vin.

Vous pouvez la voir tous les vendredis matin à V Télé à l’émission Ça commence bien! et l’entendre le soir à Radio 9 avec Jean-Charles Lajoie. Vous pouvez également lire ses chroniques dans divers magazines, dont Exquis, Homme, Casatv.ca et les journaux Le Plus via La Tribune et La Presse web... Bref, j’ai dû raccourcir son parcours, faute de place, car la belle sommelière n’arrête pas une seconde. Elle est même dans la phase finale de son MBA!

Mais qu’est-ce qui fait donc courir cette femme aussi pétillante qu’une bouteille de champagne? «La passion, me dit-elle. Je croque dans la vie comme un vigneron croque dans un raisin mûr qui est prêt à être pressé. En fait, c’est ça, me dit Jessica en riant. Je suis aussi une femme pressée...»

L’année 2015 a-t-elle été un bon cru pour toi ?

«Tellement! Surtout, le lancement de mon jeu dont la mise au point a pris sept ans; mon livre aussi, Un sommelier à votre table, et puis le Club du vin au féminin, un club de dégustation avec des femmes sommelières formidables. C’est une grande fierté pour moi de voir le bonheur que tout ça procure à beaucoup de gens.»

Crois-tu que le monde du vin devient plus accessible et moins snob?

«Complètement! Il faut dire que nous avons fait du chemin ces vingt dernières années. Les Québécois dans leur ensemble sont curieux et aiment beaucoup faire plaisir et se faire plaisir. Pour peu qu’on leur parle des vraies affaires, sans détour, avec honnêteté et passion. Dans ces cas-là, ils vont apprécier.»

 Nous arrivons à la période festive de l’année, que recommandes-tu pour les Fêtes, lorsque la maison est pleine, que la parenté et les amis sont réunis.

«Je vais peut-être surprendre les gens, mais j’aime briser la glace et accueillir mon monde avec un bon punch ou une bonne et savoureuse sangria. C’est pour tout le monde pareil, pas besoin de s’inquiéter de ceux qui aiment le vin rouge corsé, les autres le léger, certains les blancs, ou d’autres encore la bière. Le cocktail de bienvenue dit bien ce qu’il veut dire... Bienvenue chez nous! Sans stress, sans complication, que du bonheur!»

Et le Champagne?

«Tu as parfaitement raison, Thierry. Seul le champagne, les bulles en général, fait consensus. Tout le monde aime ça et c’est un truc qui permet d’avoir spontanément, le cœur en joie.»

Des coups de cœur pour les bulles?

«Pour des bulles agréables, à petit prix, il y a le Raventos rosé, à moins de 25 $ ou le Parés Baltà Cava Brut à 17 $. Un bon champagne à petit prix, Chanoine Frères Grande Réserve Brut à 42 $. Sinon, le Veuve Clicquot Rich. C’est plus cher, mais pour le côté unique et festif, c’est parfait!»

Pour le repas, que nous proposes-tu, justement, pour ne pas faire de bêtise?

«Le rouge est toujours la grande vedette à table, mais je constate aussi que la consommation de blanc plaît de plus en plus. Je te dirais que pour une grosse tablée, si tu veux généraliser, je recommande un vin blanc avec une belle acidité, vif, sec, droit, un sauvignon blanc comme un sancerre, par exemple, ou encore un fumé blanc, c’est plus accessible en prix. Sinon, il faut aussi un blanc plus riche, plus gras, voire un peu beurré, un chardonnay, français ou californien.»

Pour les rouges alors?

«Les groupes se divisent généralement entre ceux qui aiment les vins rouges corsés et les autres, les plus légers. Alors, disons spontanément, pour les corsés, les vins de Bordeaux, sinon, du Portugal, d’Espagne, d’Argentine, parce que les plats de fêtes sont aussi souvent assez épicés et parfumés. Pour ceux qui aiment les vins plus légers, j’adore recommander des vins comme le morgon, c’est très bon.»

Pour finir la soirée?

«Le 31 décembre, c’est sûr que le champagne est une belle tradition magique. En fait, ce sont des étoiles liquides. Il ne faut pas oublier non plus les bulles d’ici, comme L’Orpailleur ou le Cep d’argent rosé. Très bon!»

Quels sont tes souhaits pour 2016, Jessica?

«En ce qui me concerne, l’amour», me dit-elle les yeux pétillants!

Tu recherches un amoureux amateur de vin?

«Surtout, un amateur de vie.»

 

Bravo, Jessica, je te souhaite tout le bonheur du monde!

Je profite de cette dernière rencontre de l’année pour vous souhaiter, chers lecteurs du Journal de Montréal, santé, prospérité, paix et amour!»
Pour avoir toutes les informations sur les actualités de Jessica Harnois : http://jessicaharnois.com
 

Notre rencontre a eu lieu au restaurant Red Tiger