/finance/business
Navigation

Créateur de jeux plus que réels

Guy Girard, Cofondateur, Obsidem
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Guy Girard, Cofondateur, Obsidem

Coup d'oeil sur cet article

C’est en s’amusant que l’idée lui est venue. Après un voyage d’affaires, Guy Girard s’est rendu à Munich en Allemagne avec son ami Jason Keenan pour y vivre une expérience de dégustation de bières à travers des châteaux de la Bavière. Dans l’un d’entre eux, ils se sont enfermés dans une pièce où ils avaient 60 minutes pour s’évader. Les fondateurs d’Obsidem ont adoré l’aventure.

En rentrant à Montréal, Guy Girard aménage une pièce de sa résidence en jeux d’évasion. Il conçoit le jeu et fabrique les équipements de ses mains. Quelques semaines plus tard, il y invite des amis, des collègues et des internautes à tester les jeux imaginés.

Marché corporatif

«On n’avait pas vraiment de plan d’affaires. On faisait des jeux d’évasion pour le commun des mortels. Puis, on a décidé d’aller vers le marché corporatif, pour aider les équipes à développer leur cohésion avec le jeu», raconte Guy Girard.

Placés en situation de défis, bien des gens découvrent leurs affinités avec des collègues de travail, d’autres démontrent des capacités de leadership. Des couples mal assortis peuvent même y perdre leur relation amoureuse.

Guy Girard et ses partenaires sont conscients du potentiel d’affaires qu’ils ont entre les mains, à travers des jeux d’aventure et d’évasion qui font appel aux capacités physiques, intellectuelles et psychologiques de leurs participants.

La salle de 800 pieds carrés louée en janvier 2015 pour la tenue des premiers jeux devient vite trop petite. Une salle de 2500 pieds carrés prend le relais, à laquelle s’ajouteront bientôt 1000 pieds supplémentaires.

Les deux amis quittent leur travail chez la maison de sondage Léger, en avril 2015, pour se lancer à temps plein dans l’aventure du jeu. Ils créent cinq scénarios de jeu d’une durée de 20 à 90 minutes, accessibles pour les adultes et les adolescents.

«Travail en équipe»

«Beaucoup de touristes viennent ici pour nos scénarios. Nous les concevons pour déstabiliser les gens. Nous avons aussi appris par expérience qu’ils requièrent une capacité de communication et de travail en équipe. On a déjà assisté à la séparation d’un couple, à la suite d’un jeu. Depuis, on s’assure que les couples fonctionnent bien», ajoute en riant Guy Girard.

Même si la demande commence à se faire sentir, Obsidem ne fait pas d’analyse psychologique du comportement des participants en provenance d’une entreprise. «C’est encore une période d’amusement», confirme le président.

Des jeux sensoriels

Avides de jeux vidéo, de téléséries et de films d’action, Guy Girard et ses partenaires travaillent à la création de jeux d’immersion qui comprennent des parcours sensoriels, où la personne devient carrément un acteur intégré au scénario qui se déroule. Le concept de jeux immersifs, déjà existant aux États-Unis, connaît de belles heures de développement en vue.

«On veut réinventer le 7e art. Nous avons des projets en développement avec des partenaires québécois pour exporter nos jeux sensoriels hors Québec. Des annonces s’en viennent», promet Guy Girard.

Une de nos meilleures décisions

«Embaucher du personnel. Ça nous a permis de développer de nouvelles idées.»

Une de nos pires décisions

«D’avoir trop attendu avant de nous faire confiance et d’ouvrir tous les jours jusqu’à tard le soir.»

Un conseil aux jeunes entrepreneurs

«Osez. N’attendez pas trop avant de mettre vos idées en place.»

La compagnie

  • Les jeux Obsidem (signifie otage en latin)
  • Domaine d’affaires: création d’aventures et d’évasion pour le grand public et les travailleurs
  • Actionnaires: Guy Girard, Jason Keenan, Marc-Olivier Girard, Danny Pires et deux autres.
  • Siège social: Montréal
  • Nombre d’employés: 12
  • Site web: www.obsidem.com