/news/society
Navigation

Des bras robotisés en cadeau pour Noël

bras
Photo Agence QMI, Isabelle Dorais Véronique Plourde a été très surprise lorsqu’on lui a offert une valise contenant un bras robotisé qui va lui changer la vie.

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Un jeune homme et une jeune femme qui vivent avec des limitations physiques importantes viennent de recevoir un bras robotisé chacun, un cadeau de Noël qui va leur changer la vie.

«C’est 50 000 piastres de cadeaux de Noël, ce matin! C’est comme... Je n’ai jamais eu ça de ma vie!» a dit Véronique Plourde, la voix tremblante et avec des étoiles dans les yeux.

Il s’agit probablement du plus beau cadeau du monde parce que Véronique Plourde, 35 ans, de Victoriaville, est aux prises avec une malformation congénitale des quatre membres depuis sa naissance.

«Quand j’ai vu la valise, je n’ai même pas compris que c’était ça qu’ils me mettaient en avant. J’ai vu ma mère brailler. Je me suis dit: “Voyons, pourquoi elle pleure?” Puis là... “Ah, ils en donnent à deux! C’est donc bien le fun!” Mais je n’ai pas réalisé que c’était à moi», a-t-elle ajouté, encore sous le choc.

bras
CAPTURE D'ÉCRAN/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Ce bras, offert grâce à la fondation Pont vers l’autonomie, qui a pour mission d’améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec des limitations physiques, lui permettra de mieux fonctionner malgré son handicap.

Aidant naturel

«Depuis qu’elle est au monde que j’en rêvais, a confié la mère de Véronique, Françoise Houle, étranglée par l’émotion. Je me disais toujours: “Si elle pouvait avoir un bras, ça l’aiderait beaucoup”. Eh bien là, elle l’a!»

L’homme qui est derrière la fondation, Samuel Fleurent, a agi comme aidant naturel auprès de son frère Guillaume, décédé de la dystrophie musculaire de Duchenne.

«De voir un espoir récompensé, de voir aussi qu’on est plusieurs à poser des gestes pour les bonnes raisons, pour aider des personnes dans le besoin», a dit le fondateur du Pont vers l’autonomie.

À 26 ans, Philippe Desrochers a cette même maladie dégénérative. La générosité des gens lui permet aussi de recevoir, à quelques jours de Noël, son bras robotisé.

D’ici juillet 2016, la fondation prévoit amasser assez d’argent, soit 200 000 $, pour donner plus d’autonomie à trois autres personnes.