/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Patrick-DésyClaude LangloisMathieu Turbide

VIN-dredi! Chablis 2014 - Un millésime de puriste

VIN-dredi! Chablis 2014 - Un millésime de puriste

Coup d'oeil sur cet article

J’ai eu l’immense plaisir de passer une quinzaine de jours en Bourgogne en novembre dernier. Un séjour évidemment assombri par les ignobles attentats de Paris. Qu’à cela ne tienne, le vin étant un puissant rassembleur et les Bourguignons ayant le cœur gros comme ça, j’ai pu goûter au meilleur de ce que la Terre Sainte du vin peut offrir!

Étant donné un retour à Montréal coïncidant avec le lancement de notre Guide Les Méchants Raisins, les incontournables revues de fin d’année et les vacances (méritées) de « Nowel », ce n’est qu’aujourd’hui que je reviens sur ce fabuleux séjour.

Toute visite en Bourgogne commence invariablement par un arrêt à Chablis. Après y avoir passé une semaine l’an dernier, j’ai choisi cette année d’y faire un saut de puce, histoire de tâter 2014, dernier millésime qui commence à débarquer sur les tablettes de la SAQ.

« C’est un millésime de précision et de grande fraîcheur » de m’indiquer Bernard Raveneau lors de mon passage à l’un des domaines les plus mythiques de Bourgogne. « Une année de puriste » selon Didier Séguier, directeur général de chez William Fèvre. Même son de cloche chez Dauvissant, l’autre « géant » de Chablis. « Ce sont des vins avec de la richesse et beaucoup de tension », de raconter Étiennette, la plus jeune des filles de Vincent Dauvissat.

Après des 2013 compliqués, notamment par des notes de pourriture, après les minuscules rendements de 2012 (bien que d’une grande qualité) et des 2011 avec un peu moins de relief, 2014 devrait ramener Chablis au premier plan. Déjà, on évoque les réussites de 2010, 2008, 2005 et 2002, voire 1992 et 1990. En comparaison avec les vins de la Côte d’Or, un peu plus au Sud, royaume des Meursault, Puligny et Chassagne-Montrachet dont les prix frôlent souvent le ridicule, les vins de Chablis font partie des meilleures « aubaines » sur la planète vin. Il y aura évidemment 2015, mais les vins s’annoncent nettement plus riches sans compter que les rendements risquent à nouveau d’être affectés par les grêles du 1er septembre. Les prix seront donc en conséquence...

Voici, à la suite, mes notes de dégustation des quatre domaines visités : Raveneau, Dauvissat, William Fèvre et Brocard.

 

Domaine Raveneau

À propos de 2014

Entre le 31 et le 1er septembre, une terrible grêle s’est abattue sur le vignoble chablisien. Un large couloir partant des Butteaux a traversé Forêts et Montmains, puis a fortement touché Montée de Tonnerre et les Clos sur la rive droite. La région a ensuite reçu pas loin de 100mm de pluie après la grêle! Le domaine s’est néanmoins relativement bien tiré d’affaire. La saison ayant été très sèche et les vendanges ayant débuté le 3 septembre, ils ont pu ramasser des fruits de grande qualité. Selon Bernard Raveneau, 2014 donne des vins en fraîcheur tout en restant mûrs et avec assez de fond. Un millésime très classique qui pourra vieillir en beauté.

 

Goûté sur fût

Chablis 2014

Bel éclat, sur le fruit, avec de la rondeur, finale saline. Fort agréable. Très bien.

 

Chablis Forêt premier cru 2014

Fidèle à son habitude : un vin pas compliqué, mais immédiatement charmeur. Très bien, voire excellent.

 

Chablis Monts Mains premier cru 2014

Exotique, attaque large, devenant précise, belle richesse, long et en plénitude. Excellent.

 

Chablis Vaillons premier cru 2014

Climat bien exposé qui voit le soleil rapidement comme pour Blanchot. Vendangé plus tôt aussi. Des vignes plus âgées. On sent le vin plus salin, iodé. Petite rondeur qui le fait paraître plus tendre. Longue finale. Excellent.

 

Chablis Butteaux premier cru 2014

Moyenne d'âge de 45 ans, dont 1/3 en ont 60. Un vin plein, gras, puissant, profond et long. Fait presque grand cru et pourtant, il n’y a qu’un petit chemin qui sépare le climat de Forêt... Excellent, voire superbe.

 

Chablis Montée de Tonnerre premier cru 2014

Élégance et complexité. La force de Butteaux et l’exotisme de Monts Mains, mais avec un supplément de finesse et de longueur. Superbe.

 

Chablis Chapelot premier cru 2014

Plus floral, plus sexy, plus délicat avec grande impression de minéralité. Tactile en bouche plus sec. Longue finale aromatique. Superbe.

 

Chablis Blanchot grand cru 2014

Rond, riche, avec une belle trame acide qui ramène le tout avec élégance. Long et plein. Profil masculin. Excellent, voire superbe.

 

Chablis Valmur grand cru 2014

Complexe, nuancé, vibrant, minéral et d’une longueur époustouflante. Grande émotion. Sublime.

 

Chablis Clos grand cru 2014

Élégant, plus plein que Valmur, long avec caractère exotique et minéral. Un peu sur lui-même. Grand potentiel. Superbe, voire sublime.

 

Pour en savoir plus sur les vins du Domaine Raveneau :

 

-         http://www.journaldemontreal.com/2014/01/13/raveneau-2010-la-quintessence-du-chardonnay

 

-         http://www.journaldemontreal.com/2015/09/12/la-magie-raveneau---clos-sur-neuf-millesimes

 

-         http://www.journaldemontreal.com/2013/09/14/raveneau-quand-la-passion-cogne-a-la-porte-de-la-folie

 

Domaine Vincent Dauvissat

Étiennette, la plus jeune fille de Vincent Dauvissat, excuse son père aux prises avec de vilains maux de dos et nous explique d’entrée de jeu que le domaine fait face au court-noué, un virus qui affecte de plus en plus de vignes, notamment dans les collines des grands crus. Bien que dangereuse à long terme, la maladie a pour incidence de concentrer les raisins – ce qui est bon d’un point de vue qualitatif, mais en diminue drastiquement les rendements – ce qui est moins bon pour les quantités et... l’épaisseur de votre portefeuille.

Le domaine a commencé des tests avec les bouchons diam, notamment sur les premiers crus. Le village est dorénavant bouché en diam.

 

À propos de 2013 dégusté en bouteille :

Millésime compliqué. Pas mal de pourriture à la vendange. Des rendements faibles. Des vins plus immédiats que l’on pourra boire plus rapidement.

 

Petit Chablis 2013

Vignes plantées à partir de 1999. Simple, d’assez bonne tension et finale saline. Bien.

 

Chablis 2013

On sent une belle matière. Tension avec côté légèrement exotique. Bonne finale. Un chablis village nerveux. Très bien.

 

Chablis Séchet premier cru 2013

Vieilles vignes. Sols calcaires très denses. Épicé, plein, droiture, abricoté, fruits secs, vibrant, belle concentration. Excellent, voire superbe.

 

Chablis Vaillons premier cru 2013

Plus gros et plus plein que La Forest. On devine déjà un côté miel avec un arrière-plan minéral. Le vin montre plus de fond en bouche. Excellent, voire superbe.

 

Chablis La Forest premier cru 2013

Floral, élégant, fruits frais, pêche. Superbe longueur, énergique, tout est en place. Tactile sec en finale. Excellent, voire superbe.

 

Chablis Les Preuses grand cru 2013

Champignon, côté humus, gras, aérien, plein, complexe. Bouche caressante, côté empyreumatique et impression cristalline. Une caresse. Superbe.

 

Chablis Les Clos grand cru 2013

Plus masculin, avec des notes de fruits mûrs, de cailloux chauds et de lys. Un vin profond et minéral doté d’une finale princière. Superbe.

 

2014 sur fût :

Dans les deux cas, les vins sont franchement impressionnants et tranchent nettement avec les 2013 par leur trame tendue, leur concentration et leur allonge.

 

Chablis Les Preuses grand cru 2014

Énergie époustouflante. Grande définition. Finesse impressionnante avec finale à la fois parfumée, longue et aérienne. Superbe, voire sublime.

 

Chablis Les Clos grand cru 2014

Même magie avec un vin d’une grande concentration, cylindrique avec l’impression d’un vin plein, profond, tout en montrant de l’agilité et une légèreté déconcertante. Superbe, voire sublime.

 

Domaine William Fèvre

Toujours aussi généreux et passionné, Didier Séguier, directeur du domaine depuis 1998, nous parle de 2014 avec bonheur. Un grand millésime. Une année de puriste. Beaucoup de coupure au moment de la Pentecôte, avec deux jours de grêle depuis Montmains jusqu'à Montée de Tonnerre, Blanchot et Clos, mais sans conséquence désastreuses puisque les vendanges débutent presque immédiatement après.

Chez William Fèvre, le bois est important, pas pour boiser les vins, mais plutôt pour la micro-oxygénation. « Il ne faut surtout pas maquiller le vin. Si on fait tout en cuve, on arrive sur des notes de réduction et si elles sont poussées trop loin, il est impossible de revenir en arrière. Avec la micro-oxygénation, on arrive à trouver le meilleur des deux mondes » d’expliquer Didier.

Culture 100% bio. Tous les grands crus et les 1er crus sont en biodynamie. Tout est bouché diam.

Sur le court-noué

C'est à la base un problème de dégénérescence et qui donne une vigne faible. De la qualité oui, mais les rendements sont tellement faibles que ce n’est pas économiquement viable. Il faut 7 ans pour que les racines disparaissent dans le sol, et ainsi que le nématode cesse d'avoir un support et donc, meurt. Autrement, arracher et replanter tout de suite, mais le virus va se transmettre. La solution, c'est de croiser avec des vignes, mais il faut faire attention, car certaines sortes de vignes seraient non fructueuses et on risque de se retrouver sans fruit! On regarde aussi du côté des OGM...

 

Goûté en bouteille

Saint-Bris 2014 (assemblé/embouteillé)

Joli sauvignon, tendu, bon volume, assez bonne finesse, pointe végétale qui rappelle le buis et le citron. Bien.

 

Petit Chablis 2014 (assemblé/embouteillé)

Pétant de fruits, léger, de bonne délicatesse. Texture d’assez bonne densité. Bien.

 

Chablis Champs Royaux 2014 (assemblé/embouteillé)

Une marque destinée au marché américain dont le Québec est un gros client. Tant mieux, car le vin est bon, pour ne pas dire très bon. Un 2014 tout en délicatesse, floral, avec une bouche aérienne et précise. Bien, voire très bien.

 

Chablis Domaine 2014 (assemblé/embouteillé)

Provient uniquement des parcelles du domaine situées le plus souvent près des premiers et grands crus et constituées surtout de vieilles vignes. Vin plus nuancé et plus concentré que le Champs Royaux, avec beaucoup de fruit. Jolies notes de fleur d'oranger et de coquillage chaud en finale. Très bien, voire excellent.

 

Chablis Beauroy premier cru 2014 (tiré sur cuve)

Vient d'être filtré. Exposition sud/sud-est donnant des raisins très précoces. Délicieux. Tendre. Ample, sans être lourd. Acidité haute. Bonne longueur. Très bien, voire excellent.

 

Chablis Montmains premier cru 2014 (tiré sur cuve)

Un peu plus de 3 ½ hectares. Friand, élégant, gourmand, touche florale. Minéralité en deuxième bouche, aiguisé, longueur saline. Joli vin de soif tout en étant sérieux. Excellent.

 

Chablis Vaillons premier cru 2014 (tiré sur cuve)

Terroir très précoce lui aussi qui donne des vins avec une impression de richesse. Fleur blanche et notes marines. Matière pleine et cylindrique. Longue finale sur des notes de citron confit et d’abricot. Très bien, voire excellent.

 

Chablis Les Lys premier cru 2014 (tiré sur cuve)

De tous les sous climats de Vaillons dont il fait partie, Lys (98 ares) est le seul qui regarde vers le nord. Vendangé beaucoup plus après. Très vieilles vignes (65 ans). Grande concentration. Petit rendement autour 30-35 hecto/hectares. Timide, minéral, iode, bouche tendre, délicate et féminine. Finale ciselée. Tout en subtilité. Excellent, voire superbe.

 

Chablis Mont de Milieu premier cru 2014 (tiré sur cuve)

Situé sur la rive droite et exposé plein sud. Structure riche, côté gourmand, acidité haute mais fine. Équilibre entre maturité et acidité impeccable. Notes de banane, gourmand. Excellent.

 

Chablis Fourchaume premier cru 2014 (tiré sur cuve)

Tous les Fourchaume proviennent directement de Vaulorent, sous-climat jouxtant le grand cru Les Preuses. Le domaine effectue une sélection parcellaire afin d’isoler un Vaulorent. Vin plein, impression de rondeur, nuancé et complexe. Notes de miel et d’iode en finale. Excellent.

 

Chablis Montée de Tonnerre premier cru 2014 (tiré sur cuve)

Un demi-hectare dont la plus vieille vigne date de 1936. C’est le plus minéral des premiers crus. Un vin puissant, riche et strict à la fois. Droit, élancé et concentré. Longue finale détaillée. Excellent, voire superbe.

 

Chablis Vaulorent premier cru 2014 (tiré sur cuve)

On devine un vin complexe, sphérique, concentré et aérien. Plus minéral et plus floral que le Fourchaume. Niveau grand cru. Émotions. Superbe.

 

Chablis Bougros grand cru 2014 (tiré sur cuve)

Parcelle peu pentue et avec de l'argile. Généreux, acidité plus en retrait. Plein, assez nuancé, gourmand, riche devenant ciselé. Légère pointe de grillé en finale. Excellent.

 

Chablis Vaudesir grand cru 2014 (tiré sur cuve)

Endroit le plus précoce de Chablis. Délicat, féminin, un fruit tout en finesse. Devenant expansif avec encore un léger grillé. Long. Superbe.

 

Chablis Valmur grand cru 2014 (tiré sur cuve)

Sols très marneux situés en haut de colline, ce qui permet de garder beaucoup de fraîcheur malgré le côté solaire du cru. Beaucoup de charme, Acidité haute, grande densité, plus austère, massif et long. Un joli vin de garde. Superbe.

 

Chablis Bougros « Côte Bouguerots » grand cru 2014 (tiré sur cuve)

Parcelle très pentue exposée plein sud. Pas de terre, pas d'argile, directement sur le caillou. Fait l’objet d’une sélection parcellaire depuis 1998. Nez timide dont on devine la profondeur. Masculin, puissant, expansif et complexe. Équilibre. Superbe persistance. Grand vin de garde. Superbe, voire sublime.  

 

Chablis Les Preuses grand cru 2014 (tiré sur cuve)

Bien que la parcelle touche presque Côte Bouguerots, le vin est complètement à l'opposé. On est certes dans la puissance, mais surtout dans l'élégance et la féminité. Nez bien parfumé, tout en subtilité. Élégance princière notamment en finale qui s'étire longuement. Superbe.

 

Chablis Les Clos grand cru 2014 (tiré sur cuve)

Situé en haut de colline, exposition sud/sud-ouest. Plus de la moitié des vignes plantées dans les années 1947 et 1948 et qui sont solidement implantées dans le kimméridgien, ce qui apporte beaucoup de concentration. Un vin toujours imposant. Un résumé de tous les vins d'avant. Un nez d'une grande élégance, complexe, long. Grande bouteille en devenir. Superbe, voire sublime.

 

Pour en savoir plus sur les vins du Domaine William Fèvre :

http://fr.canoe.ca/artdevivre/cuisine/chroniques/patrickdesy/archives/2014/07/20140724-150501.html

 

Demain : Suite et fin avec les vins de Jean-Marc Brocard