/entertainment/tv
Navigation

BazzoTV disparaîtra

Marie-France Bazzo
Photo d'archives Marie-France Bazzo

Coup d'oeil sur cet article

BazzoTV prendra fin le 24 mars après 10 saisons à Télé-Québec. Vingt-cinq techniciens et 12 employés de bureau sont touchés. La productrice et animatrice du magazine de société, Marie-France Bazzo, blâme les nouveaux critères de Patrimoine Canada, selon lesquels son émission n’a plus droit au crédit d’impôt pour production cinématographique ou magnétoscopique canadienne.

En effet, Patrimoine Canada considère dorénavant BazzoTV comme une émission de type «interview-variétés», un genre télévisuel non admissible au crédit d’impôt. Marie-France Bazzo parle d’une «absurdité» puisque la formule du rendez-vous est restée la même depuis ses débuts en 2006.

«La façon d’interpréter les règles a changé, indique Marie-France Bazzo au Journal. Elle est devenue plus tatillonne, plus précise et plus maniaque. Mais BazzoTV n’a pas changé. On est toujours une émission de débats, de discussions, de rencontre entre spécialistes... On n’a pas ajouté de numéros de cirque!»

Marie-France Bazzo et son équipe ont appris la nouvelle le mois dernier, juste avant le congé des fêtes. Et Télé-Québec, elle-même victime d’importantes compressions budgétaires, ne pourra compenser ces pertes de revenus.

L’automne dernier, BazzoTV ralliait un auditoire moyen de 128 000 téléspectateurs par semaine, selon les données confirmées de Numéris.

Appel à Mélanie Joly

Avec cette sortie publique, Marie-France Bazzo, souhaite que Mélanie Joly, la nouvelle ministre du Patrimoine canadien, membre du nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau, étudie la question et tienne compte des répercussions d’une lecture aussi serrée des règles de financement. «Je me bats pour BazzoTV, mais je me bats aussi pour la suite des choses, parce que d’autres producteurs sont touchés, précise Marie-France Bazzo. La télé de réflexion est en voie d’extinction. Mais les téléspectateurs québécois ont droit à une diversité télévisuelle.»

Lancé en septembre dernier, BazzoMag, un magazine mensuel numérique gratuit étroitement lié à BazzoTV, serait aussi menacé. «On va tout faire pour qu’il perdure, affirme la productrice. On va essayer de trouver des manières inventives pour qu’il survive, mais rien n’est sûr.»

BazzoTV vient de souligner sa 400e émission. Les Productions Bazzo Bazzo poursuivent par ailleurs leurs autres activités de production. Plusieurs projets sont actuellement en chantier.