/news/health
Navigation

CUSM: Des compressions budgétaires entraînent des coupes de 1000 à 1500 chirurgies

Le manque de financement entraînera une baisse des chirurgies réalisées au CUSM

Transplantation cardiaque
Photo d'archives Les compressions budgétaires forcent le CUSM à réduire de 1000 à 1500 par année le nombre de chirurgies électives et des lits d’hospitalisation seront fermés.

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à 1500 opérations par année ne pourront plus être réalisées dans les hôpitaux du CUSM en raison de compressions budgétaires, a appris Le Journal.

Le chirurgien en chef du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), le Dr Gerald M. Fried, a prévenu ses collègues du bloc opératoire des effets du problème de sous-financement dans une lettre expédiée mardi dernier dont Le Journal a obtenu copie.

<b>D<sup>r</sup>Gerald M. Fried</b><br /><i>Chirurgien en chef du CUSM</i>
Courtoisie CUSM
DrGerald M. Fried
Chirurgien en chef du CUSM

Le Dr Fried y évoque des «coupes significatives» dans le nombre de lits dédiés à la chirurgie.

«L’administration a fait de fortes représentations auprès du ministère pour que soit revu notre financement, compte tenu de l’impact sur les soins aux patients et sur l’accès à la chirurgie à l’intérieur de délais raisonnables», écrit-il.

Or, même en insistant sur la complexité du travail effectué au CUSM, il a été impossible de convaincre le gouvernement de revenir sur la réduction du financement, explique le chirurgien.

Dès lors, précise-t-il, entre 1000 et 1500 chirurgies électives (prévues au calendrier) de moins seront effectuées par année.

Les cas complexes touchés

«L’impact se fera surtout sentir sur les patients qui présentent des cas complexes, [...] qui constituent précisément notre mandat!» déplore le Dr Fried.

Le CUSM réalise 35 000 chirurgies par an. Les chirurgies d'un jour ne seront toutefois pas touchées par les nouvelles compressions.

La compression découle d’une diminution du budget alloué pour les lits d’hospitalisation. Le ministère de la Santé subventionne les lits en vertu d’un taux d’occupation de 85 %, ce qui ne couvrirait pas les coûts des opérations actuellement. Jusqu’ici, le CUSM compensait avec un budget interne, mais il juge ne plus pouvoir le faire.

«Nous dépensons plus d’argent que notre financement, nous ne pouvons plus continuer ainsi puisque nous ne pourrons plus payer les salaires des employés et nos fournisseurs», souligne le chirurgien en chef.

Dans sa lettre, le Dr Fried explique que 10 lits seront d’emblée fermés à l’Hôpital général.

Puis, pour atteindre les objectifs budgétaires fixés par les directives ministérielles, on envisage notamment des fermetures massives de lits durant les périodes de congé (temps des fêtes, semaine de relâche, été).

En fait, seules des opérations d’urgence seraient effectuées lors de ces périodes.

Dur à accepter

«Ces nouvelles sont difficiles à accepter pour tout le monde. Néanmoins, nous sommes une institution publique financée par le gouvernement du Québec. Ils ont été désignés pour décider comment dépenser l’argent public, écrit-il. À moins de les convaincre de revoir le financement, nous devons travailler avec les ressources disponibles.»

«Nous allons nécessairement nous conformer à ce mandat en faisant tous les efforts pour informer nos patients et le public sur son impact», insiste le Dr Fried en conclusion.

Le CUSM en chiffres

  • 40 000 patients hospitalisés par an
  • 35 000 opérations par an
  • 177 000 visites à l’urgence par an
  • 12 000 infirmières et employés
  • 1587 médecins, dentistes et pharmaciens