/entertainment
Navigation

Des toiles imprimées en 3D

Des œuvres de grands maîtres bientôt accessibles aux amateurs

La nouvelle technologie permet de reproduire des œuvres de grands peintres de très haute qualité, à une fraction du prix.
photo courtoisie La nouvelle technologie permet de reproduire des œuvres de grands peintres de très haute qualité, à une fraction du prix.

Coup d'oeil sur cet article

En collaboration avec le Musée des beaux-arts à Ottawa, la compagnie américaine Verus Art a décidé d’utiliser la technologie d’impression 3D pour faire des répliques exactes d’œuvres d’art de grande valeur, à petits prix.

Verus Art s’est rendu récemment au musée et a pu numériser les tableaux La mer agitée, de Monet, et Iris, de Van Gogh, qui se trouvent dans les collections de l’institution.

Après avoir été numérisées, les œuvres ont été reproduites grâce à l’impression 3D, permettant ainsi de conserver le relief, la texture et les couleurs de chacun des coups de pinceau, contrairement à une reproduction sur papier. Les toiles sont identiques aux originaux, et on peut toucher les reproductions, contrairement à l’œuvre de grande valeur.

La nouvelle technologie permet de reproduire des œuvres de grands peintres de très haute qualité, à une fraction du prix.
photo courtoisie

Verus Art a ainsi fait 950 copies de l’œuvre de Monet, et elles sont sur le marché au coût de 4500 $, en grandeur réelle. La toile reproduite est ornée d’un cadre fabriqué en France qui rend honneur à l’original.

«En avril prochain, nous allons faire une annonce plus officielle, pour le même processus, mais avec des œuvres d’artistes canadiens», a indiqué Yves St-Onge, porte-parole du Musée des beaux arts, à Ottawa, qui a des projets à long terme avec Verus Art.

D’autres collaborations

La compagnie Verus Art se targue d’être la première au monde à utiliser ce processus pour reproduire les œuvres le plus fidèlement possible. Elle souhaite développer la commercialisation de son produit. Que pense le musée de ce procédé de reproduction?

La nouvelle technologie permet de reproduire des œuvres de grands peintres de très haute qualité, à une fraction du prix.
photo courtoisie

«C’est intéressant, avance Yves St-Onge. La raison pour laquelle on le fait, c’est qu’on est curieux de voir les applications de cette nouvelle technologie-là. Dans notre mandat, on veut amener davantage de citoyens à mieux apprécier l’art en général, et on était intrigué par les possibilités de ce nouveau médium.»

Il voit la reproduction comme une nouvelle occasion d’interpréter les œuvres. «Et il y a toujours de nouveaux auditoires pour les nouvelles technologies. Il faut profiter du facteur de la nouveauté pour s’engager dans ce domaine-là.»

Yves St-Onge croit que les reproductions intéresseront autant les amateurs d’art que les collectionneurs et les fervents de technologies.


Pour l’instant, il est possible de se procurer les toiles reproduites via la compagnie Verus Art, au verusart.com. Le prix des reproductions varie entre 1000 $ et 8000 $.